Projection d’« Animal pensivité » – Le 30/09/2017 – Muséum national d’Histoire naturelle

Projection d’« Animal pensivité » – Le 30/09/2017 – Muséum national d’Histoire naturelle

Le Muséum national d’Histoire naturelle présente
ANIMAL PENSIVITÉ
Réal. : Christine Baudillon – France – 2017 – 87′
Prod. : Baldanders Films 

Première française

Animal pensivité est un essai cinématographique librement inspiré du poème « Huitième Élégie » de Duino de Rainer Maria Rilke, à travers un dispositif documentaire d’immersion dans le monde animal.
Au cours des saisons, des animaux familiers et sauvages nous regardent au-delà de toute temporalité. Immergés au cœur de leur
« espace-temps » ouvert au monde, ils nous adressent leurs « pensées », leurs êtres-là, vivant et vacant. Enfants de la nature, leur monde est corrélations et mélodies, le notre séparation et volonté.
Face à leurs profonds regards, de quoi faisons-nous l’expérience ? Face au
«silence des bêtes», qu’entendons-nous ?

En présence de Christine Baudillon, réalisatrice et de Jean-Christophe Bailly, écrivain

Projection précédée par la série Anaon (3’49), réalisée par la photographe Aurélie Scouarnec, en sa présence : en Bretagne, à proximité des Monts d’Arrée, l’Enfer est réputé pour être froid, occupé par l’eau, les pluies, le brouillard. Les chevaux et les chiens sont ces animaux psychopompes qui escortent les âmes au royaume des morts.
Le site d’Aurélie Scournec

INFOS PRATIQUES :
Samedi 30 septembre 2017 à 15h
Auditorium de la Grande Galerie de l’Évolution
Entrée par le 36 rue Geoffroy Saint-Hilaire – 75005 Paris
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles
Ticket gratuit à retirer à l’accueil

 

Projection de « La parade » – Le 7 juin 2017 – Gaîté Lyrique (cycle Le tour du jour)

Projection de « La parade » – Le 7 juin 2017 – Gaîté Lyrique (cycle Le tour du jour)

La Gaîté Lyrique présente
le cycle Le tour du jour – Nouveaux territoires du cinéma
une proposition de Benoît Hické

 

 

LA PARADE
Réal. : Samuel Bollendorff et Mehdi Ahoudig
France – 2017 – 52′
En présence des deux réalisateurs

La parade est une fable bien réelle. C’est l’histoire de Cloclo n°18, majorette, de Jonathan, adepte de tuning, de Freddy, éleveur de coqs de combats et de Gros Bleu, le pigeon voyageur, qui au rythme de l’harmonie de Oignies et sous le regard bienveillant des géants, vivent leurs passions héritées des traditions ouvrières du Nord.

Loin de l’image sociale réductrice et des préjugés, Mehdi Ahoudig – auteur de nombreux documentaires radiophoniques – et Samuel Bollendorff – photographe et réalisateur – voient dans cette survivance une génération portée par l’espoir. Entre récit fabuleux et photographie parlante, ce conte documentaire post-industriel vous emmène à la découverte des cultures populaires du Nord en explorant une nouvelle forme de dialogue entre le son et l’image fixe.

précédé de

A L’ABRI DE RIEN (extrait)
Réal. : Samuel Bollendorff et Mehdi Ahoudig
« A l’abri de rien » se présente comme une façon innovante d’envisager le problème de la crise du logement. En sensibilisant un public qui peut se constituer en un vrai relais d’opinion, il permet d’interpeller les pouvoirs publics, et peut ainsi prétendre à donner une certaine impulsion pour envisager une amélioration et le changement, à sa manière et à son niveau.

 

INFORMATIONS PRATIQUES :
Le mercredi 7 juin 2017 à 19h30
La Gaîté lyrique – Auditorium
3 bis rue Papin 75003 Paris (M° Réaumur Sébastopol)
Tarif unique : 5,50 euros

Réservations : https://gaite-lyrique.net/la-parade

Projection de « Ascent » – Le 31 mai 2017 – Musée de la Chasse et de la Nature

Projection de « Ascent » – Le 31 mai 2017 – Musée de la Chasse et de la Nature

Le Musée de la Chasse et de la Nature présente
dans le cadre du cycle de projections
proposé et programmé par Charlène Dinhut et Benoît Hické

ASCENT

Réalisation : Fiona Tan (Pays-Bas, Japon – 2016 – 80’- VOSTF)
Première française

Bande annonce

L’artiste Fiona Tan se confronte ici à un mythe, un mythe vivant si l’on peut dire : le Mont Fuji, montagne tant révérée, dessinée, écrite. Pour ce film fait uniquement de photographies du Mont, Fiona Tan a réuni plus de quatre mille images aux temporalités et origines très diverses. Son montage mêle des registres superbement différents, que les photographies soient prises par des randonneurs ou issues de précieuses archives de plus d’un siècle. On mesure ainsi les écarts entre elles mais aussi ce qu’elles disent toutes – de sacré, peut-être – sur la montagne.
Le récit conté est lui aussi pluriel : il se construit autour d’une histoire d’amour endeuillée, et s’enrichit sans cesse, de légendes, de fables, de l’Histoire, de souvenirs familiaux. Le film célèbre ainsi cette montagne, questionne le visible et, poétique avant tout, tient l’amour et l’art pour d’inévitables ascensions. « Pourrait-on remplir le Grand Canyon avec les représentations qui en ont été faites ? » (W. J. T. Mitchell, Landscape and Power)

Fiona Tan est une artiste connue internationalement pour ses installations, souvent de films et de photographies, où elle explore régulièrement les notions de temps, d’Histoire et d’identité.

INFORMATIONS PRATIQUES :
Le mercredi 31 mai 2017 – 19h30
Auditorium du Musée de la Chasse et de la Nature
62 rue des Archives – 75003 Paris
Tarif unique de 6 euros

La séance est suivie d’un verre amical offert par le musée.
Le billet permet de visiter le musée gratuitement pendant un mois à compter de sa date d’émission.
Réservation conseillée auprès de Françoise Fesneau : 01 53 01 92 40 / conf-expo@chassenature.org
Règlement sur place le jour de la séance

Cycle « Montagnes : la terre exhaussée » – Diffusion de la pièce sonore “Portrait d’un glacier (Alpes – 2173 m)” et conférence – Le 13 juin 2015 – Muséum national d’Histoire naturelle

CYCLE “MONTAGNES : LA TERRE EXHAUSSÉE »
Avec la collaboration  de Maxime Guitton, programmateur et commissaire d’exposition

 

 

► Première partie : rencontre avec l’artiste Aurore Bagarry, 

A l’occasion de la parution de son livre “Glaciers – Inventaire photographique des principaux glaciers du massif du Mont-Blanc en France, en Italie et en Suisse” (le 28 mai aux éditions h’Artpon) et de son exposition “Glaciers” (Galerie Sit Down – 4, rue Sainte-Anastase, Paris IIIè – 28 mai au 24 juin 2015)

Aurore Bagarry, née en 1982, a étudié à l’école des Gobelins puis à l’ENSP d’Arles. A travers une série de 32 photographies réalisées à la chambre 4 x 5 inch, elle rend hommage à la splendeur du massif du Mont Blanc dans le contexte du recul inquiétant des glaciers. C’est par la photographie grand format qu’Aurore Bagarry a choisi de traiter de ce sujet complexe, à l’instar de l’inventaire des glaciers du photographe Aimé Civiale au XIXe siècle pour le compte de l’empereur Napoléon III, ou de Léon Gimpel, dont les recherches colorées virtuoses ont proposé au début du XXe siècle une lecture sensible des seracs du glacier des Bossons.

http://www.aurorebagarry.com

 

Seconde partie partie : diffusion de la pièce sonore “Portrait d’un glacier (Alpes – 2173 m)” (1998 – 28’42) de Lionel Marchetti, en sa présence

https://lionelmarchetti.bandcamp.com/track/portrait-d-un-glacier-alpes-2173-m-1998-composition-de-musique-concr-te

 

► Troisième partie : “Montagnes et climats : un destin lié ?”, présentation par Albert Galy

Albert Galy participe au printemps 2015 à une mission océanographique internationale dans le cadre d’International Ocean Discovery Program – qui a pour mission de forer les sédiments du cône sous-marin de la Baie du Bengale et d’enregistrer l’érosion de l’Himalaya au cours des temps géologiques. Il présente en exclusivité les premiers résultats de cette expédition scientifique.

Albert Galy, professeur de géochimie à l’université de Lorraine, est l’auteur de l’étude portant sur’impact de l’érosion et de l’altération de la chaîne himalayenne sur le climat des derniers 40 millions d’années.

 

INFORMATIONS PRATIQUES :

Samedi 13 juin 2015 – 15h30

Auditorium de la Grande Galerie de l’Évolution

Entrée par le 36 rue Geoffray St Hilaire – 75005 Paris
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles (120 places)

“Histoires de l’oeil” – Le 9 juin 2015 – Cinéma des Cinéastes (cycle de projections du BAL)

Une proposition de Benoît Hické

A l’occasion de l’exposition « Images à charge, la construction de la preuve par l’image » (du 4 juin au 30 août, dans le cadre des 5 ans du BAL), les trois séances, constituées pour la plupart de films d’artistes ou expérimentaux, proposent d’appréhender la puissance de persuasion des images. Images enregistrées par des caméras de surveillance ou par des drones, images prises sur le vif ou found footage, ce sont les modalités visuelles du contrôle sur le citoyen qui sont convoquées. Avec la nécessité, pour reprendre l’impératif de Michel Foucault, de déconstruire les structures fondatrices de nos sociétés pour mieux les sonder.

 

image

 

Histoires de l’œil

Trois mois après la catastrophe de Fukushima, une caméra de surveillance installée sur le site déverse son flux visuel sur la page officielle de l’exploitant de la centrale. 4″ bâtiments face à la mer” de Philippe Rouy est un montage de ces images, qui subvertit l’intention officielle de “transparence des opérations de sécurisation”. L’entreprise panoptique est mise à mal comme dans le film “I Only Wish I Could Weep”, archive de The Atlas Group. Cette fiction, construite par l’artiste libanais Walid Raad, présente les bandes vidéo conservées de l’opérateur 17, agent de renseignement assigné au contrôle de l’activité de la Corniche, lieu populaire de Beyrouth. Les mécanismes de surveillance sont disséqués également dans “Prison Images”, composé de citations de films de fiction (Genet, Bresson), de documentaires et d’images de caméras de surveillance grâce auxquels Harun Farocki montre et démonte l’envers d’un lieu par essence clos sur lui-même. Une réflexion dialectique sur les puissances de l’image.

“4 bâtiments face à la mer“, de Philippe Rouy (2012, vidéo, sil., 47’)

“I Only Wish I Could Weep, Operator #17″, de Walid Raad (The Atlas Group) (2002, vidéo, sil., 7’36)

“Prison Images”, de Harun Farocki (2000, vidéo, son, 60’, VOSTF)

 

INFORMATIONS PRATIQUES :

Cinéma des Cinéastes – Le 9 juin 2015 – 20h15

7 avenue de Clichy – 75017 Paris

Tarifs : 9 euros / 7 euros tarif réduit.
Séance + exposition au BAL : 11 euros