Cycle Pousse Pousse : projection pour les enfants (dès 2 ans) – Le 5 novembre 2016 – Muséum national d’Histoire naturelle

Cycle Pousse Pousse : projection pour les enfants (dès 2 ans) – Le 5 novembre 2016 – Muséum national d’Histoire naturelle

Le Muséum national d’Histoire naturelle présente le cycle Pousse Pousse
Cette programmation mensuelle de films d’animation inédits ou rares, de tous pays et de toutes formes, propose aux enfants dès 2 ans, et à leurs parents, de se plonger dans l’univers des animaux et de la nature.

 

 

LES PETITS CANARDS DE PAPIER

Réal. Yu Zheguang (Chine – 30′).

Le petit canard Yaya, 1980
Dix oeufs éclosent à l’insu de la maman canard. Les dix petits canards, y compris un, différent des autres, explorent la mare. Elle semble bien paisible mais le méchant renard rode. Ensemble, et bien courageux, ils luttent contre le danger.

Les petits canards intelligents, 1960
Trois petits canards malicieux partent à la chasse aux papillons. En chemin ils réveillent le gros chat ! Très malins, ils réussissent à faire fuir ce dernier, et repartent, tout contents.

Un gros chou, 1961
Le chat et le lapin aiment bien jouer près du potager, mais parfois ils font des bêtises ! Un gros chou connaît un mauvais sort, mais comment savoir qui est le véritable coupable ?

INFORMATIONS PRATIQUES :
Samedi 5 novembre 2016 – 16h
Auditorium de la Grande Galerie de l’Évolution
Entrée par le 36 rue Geoffray St Hilaire – 75005 Paris
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles (120 places)

Retrouvez le Muséum sur Facebook, Twitter, Dailymotion et Vimeo

Promenades sonores : Duncan Pinhas – Le 16 octobre 2016 – Muséum national d’Histoire naturelle (Fête de la Science)

Promenades sonores : Duncan Pinhas – Le 16 octobre 2016 – Muséum national d’Histoire naturelle (Fête de la Science)

Le Muséum national d’Histoire naturelle présente

Dans le cadre de la Fête de la Science 2016

 

tumblr_inline_oebn3husc51rmiro1_540

 

DANS LES PLIS DU MONDE (DES FORCES NATURELLES)

Duncan Pinhas, création live ordinateur et synthétiseur (50′).

Un voyage à travers les éléments naturels présentés en trois tableaux : eau / vent / terre. L’artiste réorganise en temps réel des prises de sons de ses explorations, joue des scénarios sonores paysagers tout en y mêlant des sons électroniques inspirés des modèles naturels.

 

INFORMATIONS PRATIQUES :
Dimanche 16 octobre 2016 – 15h
Auditorium de la Grande Galerie de l’Évolution
Entrée par le 36 rue Geoffray St Hilaire – 75005 Paris
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles (120 places)

Retrouvez le Muséum sur Facebook, Twitter, Dailymotion et Vimeo

Projection de “Cochihza” – Le 2 avril 2016 – Muséum national d’Histoire naturelle

Le Muséum national d’Histoire naturelle présente
dans le cadre du cycle “Sous le volcan”

 

COCHIHZA
Réal. : Khristine Gillard (Belgique – 2013 – 59’ – VOSTF)

“Elle éveille celui qui dort”, dit-on de l’hirondelle cuicuitzcatl.

Ometepe, l’île-volcan, au Nicaragua. La rencontre de la communauté du volcan et des gardiens de sa mémoire. Un film subtil, aux confins de l’ethnographie, qui nous plonge dans un territoire “sous influences”. Beaucoup de mots dans la langue des ancêtres dérivent de cette racine cochi — dormir. Exprimant tant le sommeil que le rêve, s’étirer, s’étendre, le repas du soir, la subsistance, le cocon que fabriquent les chenilles, les cils, s’en aller, se retirer, bailler, l’endroit où on dort, s’éveiller, faire semblant de dormir…
Ometepe, l’île-volcan — Nicaragua. Un paysage comme un corps en sommeil. Les Anciens décrivent la vie en deux mouvements : un déplacement linéaire, comme la marche ; et un battement émis à partir d’un centre. En naissant, chaque homme prend un rythme, qui lui est particulier et qu’il garde toute sa vie. A travers la rencontre de la communauté du volcan et des gardiens de sa mémoire se devine l’histoire d’un monde, la relation à un lieu.

 

INFORMATIONS PRATIQUES :
Samedi 02 avril 2016 – 15h
Auditorium de la Grande Galerie de l’Évolution
Entrée par le 36 rue Geoffray St Hilaire – 75005 Paris
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles (120 places)

Projection en avant-première de “Le chant d’une île” – Le 30 septembre 2015 – Musée de la Chasse et de la Nature

Le Musée de la Chasse et de la Nature présente

dans le cadre du cycle proposé et programmé

par Charlène Dinhut et Benoît Hické

 

LE CHANT D’UNE ÎLE (RABO DE PEIXE)
Réal. : Joaquim Pinto et Nuno Leonel (Portugal – 2015 – 103’ – VOSTF – DCP)

Festivals : Cinéma du Réel et La Rochelle 2015

Rabo de Peixe est un village des Açores. Joaquim Pinto et Nuno Leonel y sont allés une première fois en 1998, pour le nouvel an. Ils s’y sont lié d’amitié avec un jeune pêcheur nommé Pedro. Ils y retournent et le filment, lui, sa famille et sa communauté, de 1999 à 2001, le suivent dans son quotidien et dans sa lutte pour préserver son métier et son savoir-faire artisanal face à la surpêche industrielle. Nourri des amitiés fortes qui se tissent, le film rapporte l’atmosphère de l’île, la compréhension qu’ont ses habitants de l’environnement, les pêches au maquereau et à l’espadon, les verres partagés… Au bout du compte, il y a les bonheurs et les deuils, et la recherche d’une liberté simple mais toujours mise à mal.

Sortie en salles le 21 octobre 2015 (Norte Distribution)

INFORMATIONS PRATIQUES :
Le mercredi 30 septembre 2015 – 19h30
Auditorium du Musée de la Chasse et de la Nature
62 rue des Archives – 75003 Paris
Tarif unique de 6 euros

La séance est suivie d’un verre amical offert par le musée.
Le billet permet de visiter le musée gratuitement pendant un mois à compter de sa date d’émission.
Réservation conseillée auprès de Françoise Fesneau : 01 53 01 92 40 / conf-expo@chassenature.org
Règlement sur place le jour de la séance

Projection de « Dersou Ouzala » – Le 25 février 2015 – Musée de la Chasse et de la Nature

Le Musée de la Chasse et de la Nature présente,

dans le cadre du cycle de projections

proposé et programmé par Charlène Dinhut et Benoît Hické

 

image

 

DERSOU OUZALA
Réal. : Akira Kurosawa (Japon / Russie, 1975, 145’, VOSTF)
Oscar du meilleur film étranger en 1976

Extrait : https://www.youtube.com/watch?v=XOfd8UzQn3w
En présence de Yuri Toroptsov, artiste, et Claude d’Anthenaise, directeur du Musée de la Chasse et de la Nature

En 1902, Vladimir Arseniev, officier-topographe de l’armée russe et explorateur de la Sibérie orientale, engage le vieux chasseur golde Dersou Ouzala comme guide, afin d’explorer la région de l’Oussouri. Fort de sa vision animiste du monde, celui-ci vit en osmose avec la forêt et les éléments, une passion qu’il communique à Vladimir et qui donnera naissance à une profonde amitié. Kurosawa réalise ici un film sur la Nature et sur les relations que l’Homme entretient avec elle. Il dévoile des tactiques de survie dans des conditions climatiques extrêmes et mêle d’anciennes légendes sibériennes à d’infinis paysages de taïga, qui sont abordés d’un rythme lent et contemplatif. Dersou Ouzala, adaptation du récit autobiographique d’Arseniev, ‘La Taïga de l’Oussouri – Mes expéditions avec le chasseur golde Derzou’, signe la « résurrection » de Kurosawa après l’échec cinglant de Dodes Kaden qui l’avait mené à une tentative de suicide.

Dans le cadre de l’exposition “Deleted scene” de Yuri Toroptsov, du 24 février au 15 juin 2015, une visite rapide l’exposition est organisée à 19h avant la projection. Places limitées : réservation spécifique pour la visite : conf-expo@chassenature.org

L’exposition de Yuri Toroptsov : http://www.chassenature.org/fr/le-musee/les-expositions/deleted-scene-des-traces-en-taiga

INFORMATIONS PRATIQUES :
Le mercredi 25 février 2015 – 19h30
Auditorium du Musée de la Chasse et de la Nature
62 rue des Archives – 75003 Paris
Tarif unique de 6 euros

La séance est suivie d’un verre amical offert par le musée.
Le billet permet de visiter le musée gratuitement pendant un mois à compter de sa date d’émission.
Réservation conseillée auprès de Françoise Fesneau : 01 53 01 92 40 / conf-expo@chassenature.org
Règlement sur place le jour de la séance

Un cycle proposé et programmé par Charlène Dinhut et Benoît Hické