Projection de “L for Leisure” – Le 5 juillet 2016 – Gaîté lyrique (cycle Le tour du jour)

La Gaîté lyrique présente

dans le cadre du cycle Le tour du jour – Nouveaux territoires documentaires

proposé et programmé par Benoît Hické

 

L FOR LEISURE

Réal. : Lev Kalman et Whitney Horn (EU – 2014 – 71’ – VOSTF)

Distribution : Shellac

Sélection officielle Rotterdam 2014

En présence de Lev Kalman

Dans l’Amérique post-Bush des années 90, entre drague adolescente, lutte gréco-romaineet sieste, un groupe d’étudiants très bavard nous embarque dans son questionnement métaphysique (sur la vie, l’amour, la fin de l’Histoire, l’esprit des arbres ou l’intérêt du ski nautique) .

L for Leisure, réalisé par les auteurs du fort remarqué Blondes in the Jungle (2010), nous parle du spleen américain. Sous la forme d’une série
d’épisodes distincts formant une comédie impressionniste et fauchée en 16mm, ce film ne s’éloigne jamais vraiment du documentaire générationnel dont la
paresse, la flânerie et le goût pour la perte de temps constitue le cœur. Ici on traîne avec des ados de 30 ans en goguette. On les voit fumer de la noix de
muscade, manger des tartes ou apprendre des notions de bodyboard à un chien, entre deux discussions sur le sens de la vie. Floride, Texas, Californie,
New York, Islande : tous ces lieux de villégiature (ceux bien réels des apprentis comédiens, dont les cinéastes Mati Diop et Benjamin Crotty) deviennent des
espaces de réflexion et de discussion. Lorsqu’ils ne sont pas occupés à pratiquer la lutte mixte, à draguer des ados ou à faire la sieste, ces
personnages monologuent sans fin sur tous les sujets. Assister à ce spectacle tout à fait rhétorique (et hilarant) convoque souvent les héros d’hier et
avant-hier, des miniatures morales d’Eric Rohmer aux films de Hal Hartley, auxquels a biberonné toute une génération d’apprentis cinéastes. Sans oublier
Hélène et ses garçons qui auraient trop tiré sur leur joint !

INFORMATIONS PRATIQUES :
Le mardi 05 juillet 2016 à 19h30
La Gaîté lyrique – Auditorium
3 bis rue Papin 75003 Paris
Tarifs : gratuit pour les adhérents / 3 euros tarif réduit / 5 euros plein tarif

Et à partir de 21h sur le Plateau Média – entrée libre :

Rencontre avec Lev Kalman + « Drinks
and Baywatch Nights » playlist ! Une sélection (et des versions inédites) de la BO du film avec Enya, Three-Six
Mafia and Kali Uchis.

« La réponse de la baleine à bosse” – Le 4 juin 2016 – Muséum national d’Histoire naturelle

Le Muséum national d’Histoire naturelle présente

 

LA RÉPONSE DE LA BALEINE A BOSSE
Concert d’Alice Pénitot et Brice Martin (40’)
Une composition électroacoustique d’Aline Pénitot avec Brice Martin (basson)


Aline Pénitot décèle la musicalité de sons enregistrés au microphone, elle en fabrique ensuite des compositions sonores. En 2013, elle découvre d’étranges similitudes entre le timbre du basson et les chants de baleines à bosse. À jamais répétitifs, les chants de baleines à bosse nous plonge dans une écoute immersive particulière. Une répétition qui peut s’entendre comme processus de composition musicale. Dans cette veine, John Cage propose à travers sa pièce Litany for The Whales une question et 32 réponses.

En partant de cette pièce du compositeur américain, La réponse de la baleine à bosse opère un renversement de notre point d’écoute vers celui du cétacé.

Un projet soutenu par Césaré (Centre national de création musical de Reims).


Précédé d’une conférence d’Olivier Adam
Les baleines à bosse mâles sont connues pour leurs chants mélodieux. Ces vocalises servent à attirer les femelles et sont également adressées aux autres mâles pendant cette compétition intense pour la reproduction. Elles sont diverses, organisées dans le temps sous forme de leitmotiv.
Les récentes études scientifiques ont montré des résultats spectaculaires sur l’évolution culturelle, l’identité locale au cours d’une saison, le partage des chants, la transmission des chants entre les baleines du pacifique sud. Olivier Adam nous livre ces dernières recherches.



Professeur à l’Université Pierre et Marie Curie, spécialiste en traitement du signal, Olivier Adam étudie les cétacés depuis 2001. Il est actuellement engagé dans 3 projets de recherche : le recensement des émissions sonores des cétacés de St Pierre-et-Miquelon, la détection des baleines bleues antarctique par acoustique passive et l’étude des
baleines à bosse.


INFORMATIONS PRATIQUES :
Samedi 4 juin 2016 – 15h
Auditoriumde la Grande Galerie de l’Évolution
Entrée par le 36 rue Geoffray St Hilaire – 75005 Paris
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles (120 places)

Projection de “Paris is Voguing”- Première française – Le 20 avril 2016 – Gaîté lyrique (cycle Le tour du jour)

La Gaîté lyrique présente
Le tour du jour – Nouveaux territoires documentaires
Un cycle proposé et programmé par Benoît Hické

 

PARIS IS VOGUING – Première française

Réal. Gabrielle Culland (2016 – 67′)

En présence de la réalisatrice et de “mothers”

Lasseindra Ninja et Stéphane Mizrahi sont deux pionniers français du Voguing, une danse créée dans les années 70 au sein de la communauté gay d’Harlem. Ces deux « mothers » se sont données comme mission de transmettre chacune à leur manière aux jeunes des banlieues françaises cette culture homosexuelle très codifiée. Avec rigueur et patience, ils apprennent à leurs « enfants » à danser, à être élégants mais aussi être fiers de leur genre et de leur couleur de peau.

 

INFORMATIONS PRATIQUES :
Le mercredi 20 avril 2016 à 19h30
La Gaîté lyrique – Auditorium
3 bis rue Papin 75003 Paris
Tarifs : gratuit pour les adhérents / 3 euros tarif réduit / 5 euros plein tarif
Evènement
Réservations (conseillées !) : https://gaite-lyrique.net/paris-is-voguing-premiere-francaise

Projection de “The Whole Gritty City” (1ère française) – Le 24 février 2016 – Gaîté lyrique (cycle Le tour du jour)

La Gaîté lyrique présente

dans le cadre du cycle Le tour du jour

proposé et programmé par Benoît Hické

THE WHOLE GRITTY CITY (1ère française)

Réal. : Richard Barber et Andre Lambertson (EU – 2013 – 89′ – VOSTF)

En présence de Raphaël Vion, distributeur du film (et directeur du cinéma La Clef, à Paris)

C’est en 2007, lors du tournage à la Nouvelle-Orléans d’un épisode de la série documentaire “48 hours”, que le monteur Richard Barber a l’idée de réaliser “The Whole Gritty City”. Diffusée aux Etats-Unis sur la chaîne CBS, “48 hours” est une série criminelle d’investigation qui s’est entre autre intéressée aux meurtres post-Katrina perpétrés dans la ville du jazz, dont celui de Dinerral Shavers, 25 ans, chef d’orchestre d’une fanfare d’un lycée local. Face au désarroi de la population et particulièrement des élèves de l’orchestre, Richard Barber décide de s’intéresser de plus près à ces fanfares pour adolescents qui travaillent toute l’année pour
préparer les fameux défilés du Mardi Gras.

Son film aux faux airs de “Treme” (la série) nous plonge dans l’intimité des fanfares de
la Nouvelle Orléans. On y suit, de 2007 à 2010, trois formations : O. Perry Walker High School, L.E. Rabouin High School et The Roots of Music, peu après l’ouragan Katrina. Les habitants font face à la violence, à la pauvreté, à la précarité, autant de conséquences directes de cette catastrophe. parcourant cette ville qui vit naître le jazz, Richard Barber s’intéresse à la vie des jeunes musiciens de rues et les efforts qu’ils déploient afin de
maintenir intacte leur envie de jouer, de progresser, avant le grand carnaval du Mardi Gras. On découvre Jaron “Bear” Williams, un jeune prodige qui ne se remet pas du meurtre de son grand frère. Ou Chris “Skully” Lee, batteur de 18 ans qui reprend les rênes de sa fanfare après le décès de son entraîneur. On suit aussi l’énergie que déploient les chefs de fanfare pour aider ces jeunes à se bâtir un meilleur futur et à produire le meilleur concert de leur jeune vie. Un film de résilience et de combat, brut et émouvant.  

INFORMATIONS PRATIQUES :

Le mercredi 24 février 2016 à 19h30
La Gaîté lyrique – Auditorium
3 bis rue Papin 75003 Paris
Tarifs : gratuit pour les adhérents / 3 euros tarif réduit / 5 euros plein tarif