Projection de « La bande des Français » – Le 17 janvier 2018 à la Gaîté Lyrique (Cycle Le tour du jour)

Projection de « La bande des Français » – Le 17 janvier 2018 à la Gaîté Lyrique (Cycle Le tour du jour)

LA BANDE DES FRANÇAIS

Réalisation : Amélie Bonnin et Aurélie Charon
(France – 2017 – 52′)
En présence des réalisatrices

« Ma soeur se faisait appeler Claire, moi Fanny, on s’est mises à aller au catéchisme… on pensait que comme ça on allait être acceptées dans « la bande des français«  » Sophia

Quatre jeunes français se réunissent au centre du pays pour parler du coeur du problème : a-t-on besoin de se ressembler pour partager un pays ?
Martin s’appelle Martin France. Lui n’a jamais eu à prouver qu’il faisait partie de ce pays. Sophia est arrivée à 7 ans d’Algérie – sa famille a fui le terrorisme, elle a tout de suite décidé que ce serait son pays. Amir depuis Gaza a rêvé de la France avant d’arriver à Paris à 23 ans. Heddy a grandi dans les quartiers Nord de Marseille et lutte contre les préjugés.
Nous sommes une génération devenue adulte quand « l’identité nationale » faisait les gros titres. Comme si tout à coup, il y avait des vrais et des faux français, et qu’il fallait montrer patte blanche. On entendait sans cesse « génération résignée ». Nous, ce n’est pas dans ce pays-là qu’on avait l’impression de vivre.
Après les attentats en 2015, on a eu besoin de rencontrer d’autres jeunes français pour trouver des réponses ensemble. Aurélie Charon a parcouru la France pour deux séries radiophoniques « Une série française » (2015 France Inter) et « Jeunesse 2016 » (France Culture), quatre des jeunes rencontrés sont réunis dans le film.
Avec Amélie Bonnin, elles passent à l’image et leur donnent rendez-vous au coeur du pays, au centre, à Châteauroux, la ville où elles ont grandi toutes les deux. Heddy, Amir, Sophia et Martin déroulent leurs récits et se rencontrent alors qu’ils ne se seraient jamais croisés.
Même s’ils font partie d’une génération réaliste à qui on martèle que ça va être dur, qu’il y a pas de travail, ils se sont tous créée une place, là où on leur disait qu’il n’y en avait pas : au théâtre, dans l’enseignement, ou en politique.

Projection de «Derniers jours à Shibati » – Le 4/12/2017 à la Gaîté Lyrique (cycle Le tour du jour)

Projection de «Derniers jours à Shibati » – Le 4/12/2017 à la Gaîté Lyrique (cycle Le tour du jour)

La Gaîté Lyrique présente
Le cycle « Le tour du jour – Nouveaux territoires documentaires »
Proposé par Benoît Hické

 

DERNIERS JOURS À SHIBATI
Réalisation : Hendrick Dusollier (en sa présence)
[France – 2017 – 60′]
Production : StudioHdk, Maria Roche et Les Films d’Ici
Sélectionné et primé aux festivals Cinéma du réel / États généraux du film documentaire de Lussas / IDFA 2017

Shibati, le dernier vieux quartier de Chongqing – la plus grande ville de Chine – est sur le point de disparaître. Zhou Hong, le petit prince des ruelles animées du quartier, et Mme Xue Lian, l’extraordinaire marraine des travailleurs migrants, vivent depuis toujours à Shibati. Ils doivent partir vers l’une des milliers de tours anonymes de la banlieue lointaine.Grâce à ses rencontres choisies, Hendrick Dusollier (Obras, Babel) poursuit son étude des architectures en mutation. Il restitue intimement cette expérience de relogement massif et questionne en creux la Chine d’aujourd’hui.

INFORMATIONS PRATIQUES :
Le mardi 12 décembre à 19h15
Auditorium de la Gaîté lyrique
3 bis rue Papin 75003 Paris
Tarifs : 4 euros / 6 euros

Evènement
Réservations

 

Projection de « Chaque mur est une porte » – Le 25 octobre 2017 – La Gaîté Lyrique (cycle Le tour du jour)

Projection de « Chaque mur est une porte » – Le 25 octobre 2017 – La Gaîté Lyrique (cycle Le tour du jour)

La Gaîté Lyrique présente

dans le cadre du cycle Le tour du jour

proposé et programmé par Benoît Hické

 

CHAQUE MUR EST UNE PORTE
Réalisation : Elitza Gueorguieva
France – 2017 – 58′
Production : Eugénie M-v / Les films du Bilboquet

En présence de la réalisatrice
(Séance précédée d’une performance)

Dans le décor surréaliste d’un plateau de télévision des années 80 en Bulgarie, une jeune journaliste pose des questions philosophiques aussi bien à des ouvriers, des hippies qu’à des politologues : Quelles sont vos chances de survie ? Qu’est-ce que la désobéissance civile et comment la pratiquer ? Finalement, lesquels de nos rêves sont les plus importants, les accomplis ou les déçus ?

Nous sommes en 1989, le Mur de Berlin vient de tomber, et la Bulgarie voit pour la première fois sa population investir les rues avec élan, dans un même espoir. La jeune journaliste est ma mère. Deux fois par mois elle se dédoublait pour apparaître sur l’écran, au moment même où elle le regardait à mes côtés, et questionner les jeunes sur leurs préoccupations, qui à ce moment se résumaient en un seul mot : la liberté. Je n’arrivais pas à comprendre tout ce qui se disait à l’écran mais je voyais la réaction de mes parents et j’étais heureuse par procuration. Ainsi j’ai vécu ce moment d’une manière particulière, où le privé et le public ne faisaient qu’un.

Chaque mur est une porte est un film à la fois politique et personnel, tissé d’archives et de phrases poétiques. Il explore ce double mouvement de l’enfant qui grandit et de la société qui s’émancipe d’un régime paternaliste. A travers « Version M », cette émission kitch et décalée sur la jeunesse bulgare des années 80, il revisite ce grand moment de réenchantement politique et s’interroge sur le sens des révolutions échouées et leur empreinte dans nos vies (Cinéma du réel 2016)

INFORMATIONS PRATIQUES :
Le mercredi 25 octobre 2017 à 19h30 (ouverture des portes à 19h15)
Auditorium de la Gaîté Lyrique
3 bis rue Papin – 75003 Paris
Tarifs : 6 euros / 4 euros (adhérents)

Projection de « Messa Guerrillera » – Le 27/09/2017 – Gaîté Lyrique (Cycle Le tour du jour)

 

La Gaîté lyrique présente
dans le cadre du cycle Le tour du jour
proposé par Benoît Hické

MESSA GUERRILLERA
Réal. : Florent Tillon (France – 2017 – 145′)
En présence du réalisateur et de Philippe Vasset, écrivain et journaliste

Le réalisateur de « Detroit ville sauvage » (2010) propose ici un « road-movie extatique à travers les ruines révolutionnaires de France ». « Messa Guerrillera » se tisse ainsi à partir de quatre personnages quittant le Plateau de Millevaches pour aller à la rencontre des camarades, proches ou lointains, en ces temps troubles. À Rennes, à la ZAD de Notre Dame des Landes, à Villiers-le-Bel, à Tours, ou sur l’Aérotrain d’Orléans, discuter, se renseigner, mesurer les capacités matérielles et morales, prendre le pouls d’un mouvement politique en formation. Et tenter, par le cinéma, d’en déployer l’imaginaire.

« Par ces déplacements géographiques, nous montrons dans le même mouvement la désolation ambiante et la force des amitiés. Ainsi, en est-il des zones rurales abandonnées ou broyées par les flux des camions, les villes industrielles en plein effondrement, les banlieues sécurisées, les lieux d’abondance tertiaire, comme la Défense ou le centre-ville « parc d’attractions » de Nantes avec son robot-éléphant Royal de Luxe, mais aussi en contre-champ les travaux d’une ferme collective, un chantier à plusieurs, une récolte.
Il s’agit, dans ces lieux qui sont des lieux de résistance, de montrer la force d’organisation et surtout le plaisir que les gens y prennent, sans doute exaltés par le sentiment de liberté »

INFOS PRATIQUES :
Auditorium de la Gaîté lyrique
3 bis rue Papin – 75003 Paris
Tarifs : 6 euros / 4 euros (adhérents)
Réservations conseillées

Cycle Le tour du jour : https://gaite-lyrique.net/le-tour-du-jour

Projection de « La parade » – Le 7 juin 2017 – Gaîté Lyrique (cycle Le tour du jour)

Projection de « La parade » – Le 7 juin 2017 – Gaîté Lyrique (cycle Le tour du jour)

La Gaîté Lyrique présente
le cycle Le tour du jour – Nouveaux territoires du cinéma
une proposition de Benoît Hické

 

 

LA PARADE
Réal. : Samuel Bollendorff et Mehdi Ahoudig
France – 2017 – 52′
En présence des deux réalisateurs

La parade est une fable bien réelle. C’est l’histoire de Cloclo n°18, majorette, de Jonathan, adepte de tuning, de Freddy, éleveur de coqs de combats et de Gros Bleu, le pigeon voyageur, qui au rythme de l’harmonie de Oignies et sous le regard bienveillant des géants, vivent leurs passions héritées des traditions ouvrières du Nord.

Loin de l’image sociale réductrice et des préjugés, Mehdi Ahoudig – auteur de nombreux documentaires radiophoniques – et Samuel Bollendorff – photographe et réalisateur – voient dans cette survivance une génération portée par l’espoir. Entre récit fabuleux et photographie parlante, ce conte documentaire post-industriel vous emmène à la découverte des cultures populaires du Nord en explorant une nouvelle forme de dialogue entre le son et l’image fixe.

précédé de

A L’ABRI DE RIEN (extrait)
Réal. : Samuel Bollendorff et Mehdi Ahoudig
« A l’abri de rien » se présente comme une façon innovante d’envisager le problème de la crise du logement. En sensibilisant un public qui peut se constituer en un vrai relais d’opinion, il permet d’interpeller les pouvoirs publics, et peut ainsi prétendre à donner une certaine impulsion pour envisager une amélioration et le changement, à sa manière et à son niveau.

 

INFORMATIONS PRATIQUES :
Le mercredi 7 juin 2017 à 19h30
La Gaîté lyrique – Auditorium
3 bis rue Papin 75003 Paris (M° Réaumur Sébastopol)
Tarif unique : 5,50 euros

Réservations : https://gaite-lyrique.net/la-parade