Projection de « L’étrange créature du lac noir » – Le 5 avril 2014 – Muséum national d’Histoire naturelle

Le Muséum national d’Histoire naturelle présente

dans le cadre de l’exposition « Nuit »

 

 

L’ETRANGE CREATURE DU LAC NOIR

Réal. : Jack Arnold (Etats-Unis, 1954, 79 min., VOSTF, version 2D)

Au coeur de l’Amazonie, un paléontologue découvre un fossile de main appartenant à une espèce inconnue. Persuadé qu’il s’agit du chaînon manquant entre l’homme et le poisson, il rassemble une expédition pour exhumer le reste du squelette. L’équipe décide alors de descendre le fleuve en bateau, s’enfonçant dans un territoire sauvage et poisseux, sans se douter que les eaux abritent encore l’étrange créature…
 
Classique absolu du film de monstres, L’Étrange Créature du lac noir est un des films les plus célèbres des années 1950. Maître incontesté du genre, Jack Arnold (Tarantula !) réunit tous les ingrédients du grand film d’aventures : forêt tropicale menaçante, expédition de scientifiques rivaux et brune érotique en maillot de bain. Mais le clou du spectacle reste sans conteste le monstre des eaux stagnantes, créature millénaire à mi-chemin entre l’homme et l’amphibien dont les nageoires et les branchies saillantes ont fait frémir plusieurs générations de spectateurs. Aux côtés de Frankenstein ou de King Kong, le monstre appartient au cercle fermé des figures emblématiques du cinéma fantastique et continue de susciter un culte bien entretenu, pour petits et grands ! 

 

INFORMATIONS PRATIQUES :

Samedi 5 avril 2014 – 15 h 30 

Auditorium de la Grande Galerie de l’Évolution
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles (120 places)

Projection de « Notre monde » – Le 14 janvier 2014 – Gaîté lyrique

La Gaîté lyrique présente le cycle “Happiness is a Warm Gun”

proposé et programmé par Benoît Hické

Ce cycle de projections volontiers prospectif prolonge l’exposition « The Happy Show » en interrogeant le sens de la communauté : ensemble, est-ce vraiment mieux ? Comment agir ? Qu’est-ce que l’amour ? Peut-on rire de tout ? Images mouvementées, invités animés, sourires et hypothèses, «  Happiness is a Warm Gun », ce sera trois soirées de projections (documentaires politiques, fictions inédites et films d’artistes) en présence des réalisateurs.

 
NOTRE MONDE

Réal. : Thomas Lacoste (119’, 2013)
En présence de Thomas Lacoste.

Rassemblant plus de 35 intervenants, philosophes, sociologues, économistes, magistrats, médecins, universitaires et écrivains, Notre Monde propose un espace d’expression pour travailler, comme nous y enjoint Jean–Luc Nancy, à « une pensée commune ».
Plus encore qu’un libre espace de parole, Notre Monde s’appuie sur un ensemble foisonnant de propositions concrètes pour agir comme un rappel essentiel, individuel et collectif : « faites de la politique » et de préférence autrement.

Thomas Lacoste, initiateur de L’Autre Campagne parallèle à la campagne présidentielle de 2007, auteur des entretiens Penser critiquekit de survie éthique et politique pour situations de crise(s) (47 films, 24h, éditions Montparnasse, 2012), nous offre ici une grande respiration, comme un temps de pause, face au rythme haletant de la vie politique.

 

INFORMATIONS PRATIQUES :
La Gaîté lyrique – Auditorium
Mercredi 14 janvier 2014 à 19h30
3 bis rue Papin 75003 Paris 
Tarifs : gratuit / 3 euros / 5 euros

Projections de « Il est des notres » et de « Those For Whom It’s Always Complicated » – Le 10 décembre 2013 – Gaîté lyrique

La Gaîté lyrique présente le cycle “Happiness is a Warm Gun”

Programmé par Benoît Hické, ce cycle de projections volontiers prospectif prolonge l’exposition « The Happy Show » en interrogeant le sens de la communauté : ensemble, est-ce vraiment mieux ? Comment agir ? Qu’est-ce que l’amour ? Peut-on rire de tout ? Images mouvementées, invités animés, sourires et hypothèses, «  Happiness is a Warm Gun », ce sera trois soirées de projections (documentaires politiques, fictions inédites et films d’artistes) en présence des réalisateurs. 
 

 
 
IL EST DES NOTRES
Réal. : Jean-Christophe Meurisse / 2013 / 47’
Prod. : Ecce Films
FID 2013 (compétition française) et festival Silhouette 2013 (prix collectif de la meilleure interprétation)
Avec Thomas de Pourquery, Solal Bouloudnine, Laetitia Dosch, Céline Fuhrer, Nicolas Granger, Thibault Lacroix, Aristide Meurisse, Thomas Scimeca, Anne-Elodie Sorlin, Maxence Tual, Jean-Luc Vincent, Carmen
Thomas a 35 ans et a décidé qu’il ne sortirait plus jamais dehors. Il vit dans une caravane dans un hangar en pleine métropole et invite chez lui sa famille, ses amis, ses voisins. Il organise des fêtes. Des fêtes dionysiaques. Thomas célèbre chaque jour son refus de la société. Joyeusement. Furieusement.
 
 Précédé de

 
 THOSE FOR WHOM IT’S ALWAYS COMPLICATED 
Réal. : Husson / 2013 / 55’
Prod. : Husson & Kidam
Festival du cinéma de Brive 2013
Avec Camille Rousseau, G.J. Echternkamp, Morgan Kibby
Camille et G.J., un couple de Los Angeles, la petite trentaine, ont connu des jours plus heureux. Pour se changer les idées, Camille décide d’organiser un week-end dans la Vallée de la Mort – autant dire une vraie aventure pour les urbains qu’ils sont. Mais à mi-chemin, l’ex-petite amie de G.J., Morgan, l’appelle à la rescousse. Morgan va se retrouver incluse dans le week-end, ce qui va bouleverser les plans de Camille… Entre fous rires et angoisses existentielles, Camille et G.J. vont devoir réévaluer leurs attentes et leur avenir.
 
 
 
INFORMATIONS PRATIQUES :
La Gaîté lyrique – Auditorium
3 bis rue Papin – 75003 Paris 
Tarifs : gratuit  / 3 euros / 5 euros 

Projection de « Herz aus Glas » (Coeur de cristal) – Le 6 novembre 2013 – Musée de la Chasse et de la Nature

Le Musée de la Chasse et de la Nature présente
dans le cadre du cycle de projections
proposé et programmé par Charlene Dinhut et Benoît Hické

Séance spéciale Art Orienté Objet
En présence des artistes. 

 

image

 

HERS AUS GLAS (Cœur de verre)

Réal. : Werner Herzog (Allemagne, 1976, 94’, VOSTF)

Basse Bavière. Mühlbeck, maître verrier, est mort en emportant avec lui le secret de fabrication du Verre-Rubis. Il laisse son village, dont la verrerie était la seule source de richesse, dans le désarroi. Afin de retrouver la formule du Verre-Rubis, les travailleurs et le patron de l’usine font appel au berger Hias, qui possède un don de voyance. Mais toutes ses paroles annoncent l’Apocalypse. La technique de fabrication du Verre-Rubis demeure introuvable. Des événements funestes entraînent le village dans la folie…

Le berger au don de voyance, apparu au cours du 18ème siècle, est un personnage important du folklore bavarois. Ses prophéties ont fortement marqué le monde rural. Lorsque Herzog se lance l’écriture de Herz aus Glas, il est profondément marqué par Les maîtres fous (de Jean Rouch, 1955). Ce documentaire agit sur lui comme une révélation : le cinéma doit explorer les forces tapies au fond de l’homme. Il construit donc son film autour d’expériences sensorielles et de changements d’état de conscience, allant même jusqu’à plonger ses comédiens dans un état d’hypnose.

La musique de Popol Vuh participe elle aussi de l’état extatique que le spectateur doit atteindre pour se rapprocher de l’état de Hias emporté par ses visions. Werner Herzog place Herz aus Glas aux confins de la science et de l’ésotérisme. Il puise dans les paysages de Caspar David Friedrich une photographie de crépuscule, qui sublime les paysages montagneux de sa Bavière natale.

 

Informations pratiques :

Le mercredi 6 novembre 2013 – 19h30

Auditorium du Musée de la Chasse et de la Nature 

Entrée par le 62 rue des Archives – 75003 Paris 

Entrée libre dans la limite des places disponibles. 

Réservations : 01 53 01 92 40 / conf-expo@chassenature.org 

 

Projection de « Babylon » – Le 17 juillet 2013 – Gaîté lyrique (cycle Musiquepointdoc)

La Gaîté lyrique présente

dans le cadre croisé du cycle Musiquepointdoc et de Say Watt ?, la grande séquence de l’été consacrée aux sound-systems (jusqu’au 25 août prochain)

 

BABYLON

Réal. : Franco Rosso
Scénario : Martin Stellman
Grande-Bretagne, 1981, 95’ (version originale sous-titrée en français)

Campé par le chanteur du groupe Aswad Brinsley Forde, le jeune rasta Blue est perdu dans une société anglaise qui ne le comprend pas, pas plus qu’elle n’a réussi à assimiler sa vague d’immigration jamaïcaine depuis la décolonisation de l’île, en 1962.
Chômage, policiers racistes, voisins et patrons xénophobes. Une oppression permanente que Blue évacue au micro de son sound-system, une gigantesque sono faite maison, avec le rêve secret de devenir le “sound” le plus couru de Londres. Mais sur sa route se dresse un obstacle de taille : le King de cette scène, le redouté Jah Shaka (dans son propre rôle)… Scénarisé par Martin Stellman (Quadrophenia, 1979), Babylon conte la saga du petit mécano mélomane, louvoyant dans une Angleterre vendue à “Yard” comme un mirage aux rues pavées d’or. Fiction documentaire et sociale, pendant jamaïcano-centriste du This Is England de Shane Meadows (2006) qui évoquait les racines du mouvement Skinhead, ce film est un témoignage unique sur la scène des sound-system reggae de l’Angleterre thatchérienne. Il appuie la fonction sociale, politique, de ces gigantesques murs d’enceintes devant lesquels on vient danser pour oublier les tribulations d’un pays en proie à un racisme latent.

En présence de Sébastien Carayol, journaliste et commissaire de l’exposition Say Watt ? Le culte du sound system.

Informations pratiques :
Mercredi 17 juillet 2013 à 19h30

Auditorium de la Gaîté Lyrique

3 bis rue Papin – 75003 Paris

Tarifs ; gratuit / 3 euros / 5 euros