Projection de « Le droit chemin » – Le 30 novembre 2016 – Musée de la Chasse et de la Nature (en partenariat avec le FRAC Île-de-France)

Projection de « Le droit chemin » – Le 30 novembre 2016 – Musée de la Chasse et de la Nature (en partenariat avec le FRAC Île-de-France)

Le Musée de la Chasse et de la Nature présente
dans le cadre du cycle de projections
proposé et programmé par Charlene Dinhut et Benoît Hické

 

2016-11-30-projoccourtesy-des-artistes-et-bdv

 

LE DROIT CHEMIN (Der Rechte Weg)

Réal. : Peter Fischli et David Weiss

2001 (version sous-titrée) ; 1983 (version originale)
Vidéo Digital Betacam, PAL, couleur, mono, sous-titres en français
Durée 51.24 min/s

Der Rechte Weg est l’une des pièces maîtresses de ce duo d’artistes visuels suisses. Dissimulés sous des costumes, l’un d’ours, l’autre de rat, les artistes discutent, le temps d’une longue errance à travers la campagne, au contact d’une nature sauvage et de ses animaux. Les chemins sont périlleux, les événements nombreux, et le récit déroule une allégorie de ce que serait le destin même. Mais dans ce film aux allures de fable, la farce guette toujours : les deux artistes sont joueurs, s’efforcent de brouiller les pistes du genre et de savourer l’inattendu. Les costumes sont grossiers, les gestes maladroits, les propos oscillent entre philosophie et extravagances. Dérision et impertinence se mêlent aux hautes considérations, tandis que ce road-movie à pied et en fourrure prend le pari de faire vaciller nos repères et valeurs.

Dans le cadre de Animal on est mal au château de Rentilly, une exposition proposée par le FRAC Île-de-France en partenariat avec le musée de la Chasse et de la Nature.

 

Précédé de :

VOIE DE MOINDRE RÉSISTANCE (Der Geringste Widerstand)

Réal. : Peter Fischli et David Weiss
2001 (version sous-titrée) ; 1981 (version originale)

Vidéo Digital Betacam, PAL, couleur, mono, sous-titres en français
Durée 29.40 min/s
2001-058

Collection du Fonds d’art contemporain de la Ville de Genève

 

INFORMATIONS PRATIQUES :
Le mercredi 30 novembre 2016 – 19h30
Auditorium du Musée de la Chasse et de la Nature
62 rue des Archives – 75003 Paris
Tarif unique de 6 euros

La séance est suivie d’un verre amical offert par le musée.
Le billet permet de visiter le musée gratuitement pendant un mois à compter de sa date d’émission.
Réservation conseillée auprès de Françoise Fesneau : 01 53 01 92 40 / conf-expo@chassenature.org
Règlement sur place le jour de la séance

“La charge de l’image” – Le 23 juin 2015 – Cinéma des Cinéastes (cycle de projections du BAL)

A l’occasion de l’exposition « Images à charge, la construction de la preuve par l’image »
(du 4 juin au 30 août, dans le cadre des 5 ans du BAL), les trois séances, constituées pour la plupart de films d’artistes ou expérimentaux, proposent d’appréhender la puissance de persuasion des images. Images enregistrées par des caméras de surveillance ou par des drones, images prises sur le vif ou found footage, ce sont les modalités visuelles du contrôle sur le citoyen qui sont convoquées. Avec la nécessité, pour reprendre l’impératif de Michel Foucault, de déconstruire les structures fondatrices de nos sociétés pour mieux les
sonder.

Une programmation de Benoît Hické

 

image

 

La charge de l’image

De sources documentaires, les situations ici filmées dévoilent des lieux inaccessibles, des scènes mystérieuses. “Body Trail” se situe entre la scène de crime et la performance filmée. Les corps gisent, troublantes sculptures de chair. “Mansfield 1962″ a été réalisé à partir d’images « found footage » prises pendant l’été 1962 par la police dans des toilettes publiques d’une petite ville de l’Ohio. A travers un miroir sans teint, il s’agissait de collecter des images à charge contre des pratiques sexuelles illicites. Le corps est aussi au centre de “The Unmanned – 2045 – The Death of Ray Kurzweil”. Le théoricien du transhumanisme et sa descendance supposée sont filmés dans une forêt au moyen de drones permettant d’envisager une autre forme de limite biologique. Dans “BIT Plane”, un avion télécommandé, équipé d’une caméra vidéo, survole illégalement la Silicon Valley, en un pied-de-nez précurseur et transgressif. Le faucon, dans “On Air”, se voit investi d’une mission d’espionnage au Moyen Orient. Un écho réflexif sur les outils modernes et archaïques de contrôle.

“Body Trail”, de Michael Palm et Willi Dorner (2008, vidéo, son, 8’)

“Mansfield 1962″, de William Jones (2006, vidéo, sil., 6’)

“The Unmanned – 2045 – The Death of Ray Kurzweil”, de Raphaël Siboni et Fabien Giraud (2014, vidéo, son, 26’)

“BIT Plane”, de Bureau of Inverse Technology (1999, vidéo, son, 13’)

“On Air”, de Laurent Grasso (2009, vidéo, son, 17’30)

Remerciements : Charlène Dinhut et Maxime Guitton

 

INFORMATIONS PRATIQUES :

Cinéma des Cinéastes – Le 23 juin 2015 – 20h15

7 avenue de Clichy – 75017 Paris

Tarifs : 9 euros / 7 euros tarif réduit.
Séance + exposition au BAL : 11 euros

Projection de « Pétition : la cour des plaignants » – Le 16 juin 2015 – Cinéma des Cinéastes (cycle de projections du BAL)

Une proposition de Benoît Hické.

A l’occasion de l’exposition « Images à charge, la construction de la preuve par l’image » (du 4 juin au 30 août, dans le cadre des 5 ans du BAL), les trois séances, constituées pour la plupart de films d’artistes ou
expérimentaux, proposent d’appréhender la puissance de persuasion des images. Images enregistrées par des caméras de surveillance ou par des drones, images prises sur le vif ou found footage, ce sont les modalités visuelles du contrôle sur le citoyen qui sont convoquées. Avec la nécessité, pour reprendre l’impératif de Michel Foucault, de déconstruire les structures fondatrices de nos sociétés pour mieux les sonder.

 

image

 

Les invisibles

PETITION : LA COUR DES PLAIGNANTS

Réal. : Zhao Liang (2009, vidéo, son, 123’, VOSTF)

Bande-annonce: http://www.ina.fr/video/403225300

Près de la gare de Pékin, ils sont des milliers venus de toute la Chine porter plainte contre les injustices et abus des autorités locales. Faute de se faire entendre dans leur province, ces modestes paysans, ouvriers ou petits propriétaires se voient contraints de faire le voyage vers la capitale pour tenter d’obtenir réparation. Amassés dans un bidonville, ils subissent les pressions de la police et de l’administration. Zhao Liang documente ce combat, caméra légère au poing. Tourné sur une dizaine d’année jusqu’aux Jeux Olympiques de Pékin en 2008, ce film donne à voir ceux que le pouvoir central cherche à rendre invisibles. Ces images sont celles qui manquent.

INFORMATIONS PRATIQUES :

Cinéma des Cinéastes – Le 16 juin 2015 – 20h15

7 avenue de Clichy – 75017 Paris

Tarifs : 9 euros / 7 euros tarif réduit.
Séance + exposition au BAL : 11 euros

“Histoires de l’oeil” – Le 9 juin 2015 – Cinéma des Cinéastes (cycle de projections du BAL)

Une proposition de Benoît Hické

A l’occasion de l’exposition « Images à charge, la construction de la preuve par l’image » (du 4 juin au 30 août, dans le cadre des 5 ans du BAL), les trois séances, constituées pour la plupart de films d’artistes ou expérimentaux, proposent d’appréhender la puissance de persuasion des images. Images enregistrées par des caméras de surveillance ou par des drones, images prises sur le vif ou found footage, ce sont les modalités visuelles du contrôle sur le citoyen qui sont convoquées. Avec la nécessité, pour reprendre l’impératif de Michel Foucault, de déconstruire les structures fondatrices de nos sociétés pour mieux les sonder.

 

image

 

Histoires de l’œil

Trois mois après la catastrophe de Fukushima, une caméra de surveillance installée sur le site déverse son flux visuel sur la page officielle de l’exploitant de la centrale. 4″ bâtiments face à la mer” de Philippe Rouy est un montage de ces images, qui subvertit l’intention officielle de “transparence des opérations de sécurisation”. L’entreprise panoptique est mise à mal comme dans le film “I Only Wish I Could Weep”, archive de The Atlas Group. Cette fiction, construite par l’artiste libanais Walid Raad, présente les bandes vidéo conservées de l’opérateur 17, agent de renseignement assigné au contrôle de l’activité de la Corniche, lieu populaire de Beyrouth. Les mécanismes de surveillance sont disséqués également dans “Prison Images”, composé de citations de films de fiction (Genet, Bresson), de documentaires et d’images de caméras de surveillance grâce auxquels Harun Farocki montre et démonte l’envers d’un lieu par essence clos sur lui-même. Une réflexion dialectique sur les puissances de l’image.

“4 bâtiments face à la mer“, de Philippe Rouy (2012, vidéo, sil., 47’)

“I Only Wish I Could Weep, Operator #17″, de Walid Raad (The Atlas Group) (2002, vidéo, sil., 7’36)

“Prison Images”, de Harun Farocki (2000, vidéo, son, 60’, VOSTF)

 

INFORMATIONS PRATIQUES :

Cinéma des Cinéastes – Le 9 juin 2015 – 20h15

7 avenue de Clichy – 75017 Paris

Tarifs : 9 euros / 7 euros tarif réduit.
Séance + exposition au BAL : 11 euros

Projection de « L’étrange créature du lac noir » – Le 5 avril 2014 – Muséum national d’Histoire naturelle

Le Muséum national d’Histoire naturelle présente

dans le cadre de l’exposition « Nuit »

 

 

L’ETRANGE CREATURE DU LAC NOIR

Réal. : Jack Arnold (Etats-Unis, 1954, 79 min., VOSTF, version 2D)

Au coeur de l’Amazonie, un paléontologue découvre un fossile de main appartenant à une espèce inconnue. Persuadé qu’il s’agit du chaînon manquant entre l’homme et le poisson, il rassemble une expédition pour exhumer le reste du squelette. L’équipe décide alors de descendre le fleuve en bateau, s’enfonçant dans un territoire sauvage et poisseux, sans se douter que les eaux abritent encore l’étrange créature…
 
Classique absolu du film de monstres, L’Étrange Créature du lac noir est un des films les plus célèbres des années 1950. Maître incontesté du genre, Jack Arnold (Tarantula !) réunit tous les ingrédients du grand film d’aventures : forêt tropicale menaçante, expédition de scientifiques rivaux et brune érotique en maillot de bain. Mais le clou du spectacle reste sans conteste le monstre des eaux stagnantes, créature millénaire à mi-chemin entre l’homme et l’amphibien dont les nageoires et les branchies saillantes ont fait frémir plusieurs générations de spectateurs. Aux côtés de Frankenstein ou de King Kong, le monstre appartient au cercle fermé des figures emblématiques du cinéma fantastique et continue de susciter un culte bien entretenu, pour petits et grands ! 

 

INFORMATIONS PRATIQUES :

Samedi 5 avril 2014 – 15 h 30 

Auditorium de la Grande Galerie de l’Évolution
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles (120 places)