Projection de « Heis » (Chroniques) » le 22 mars 2017 – Gaîté lyrique ( Cycle Le tour du jour)

Projection de « Heis » (Chroniques) » le 22 mars 2017 – Gaîté lyrique ( Cycle Le tour du jour)

La Gaîté Lyrique présente
Le cycle LE TOUR DU JOUR
Proposé et programmé par Benoît Hické

 

 

HEIS (CHRONIQUES)
Réal. : Anaïs Volpé (France – 2015 – 90′)
Avant-première exceptionnelle en présence de la réalisatrice et de son équipe

En quête de réussir sa vie, Pia, 25 ans, désespérée après une accumulation de difficultés, doit retourner vivre dans sa famille. Son objectif : revenir pour mieux repartir. Son frère jumeau, Sam, qui vit toujours chez leur mère, n’appréhende pas la vie sous le même angle et ne tolère pas la vision de sa soeur. Qui a tort, qui a raison ? Le droit de partir ou le devoir de rester ? Entre amour et colère, émancipation et culpabilité, « Heis (Chroniques) » est une histoire de sang, de vide et de trop plein : une histoire de famille.

Sous la fiction, l’ambitieux projet d’Anaïs Volpé (un film, donc, mais aussi une série et une installation multimedia) capte un air du temps générationnel passionnant et intense, une Carte du tendre 2.0 aux accents de vérité.

 

INFORMATIONS PRATIQUES :
Le mercredi 22 mars 2017 à 19h30
La Gaîté lyrique – Auditorium
3 bis rue Papin 75003 Paris (M° Réaumur Sébastopol)
Tarif unique : 5 euros

Réservations : https://gaite-lyrique.net/heis-chroniques

Projections de « Lumières fossiles » et « Behemoth » – Le 25 janvier 2017 – Musée de la Chasse et de la Nature

Projections de « Lumières fossiles » et « Behemoth » – Le 25 janvier 2017 – Musée de la Chasse et de la Nature

Le Musée de la Chasse et de la Nature présente
dans le cadre du cycle de projections
proposé et programmé par Charlène Dinhut et Benoît Hické

 

 

BEHEMOTH

Réal. : Zhao Liang (Chine/France – 2015 – 95′) / Merci à l’INA

Le réalisateur Zhao Liang poursuit son passionnant travail d’auscultation du pouls chinois. Il a parcouru pendant deux ans la Mongolie intérieure (vaste province du nord de la Chine) afin de saisir le spectacle des activités minières.
Son film navigue entre rêve (ou cauchemar ?) et réalité, allégorie et âpreté du réel, entre images, sons directs et musique. La montagne, la nature, la vie même paraissent s’effacer sous la main de l’Homme, en une métaphore à peine voilée du revirement majeur que nous vivons (l’Anthropocène).

Behemoth est bel et bien un film noir et dragon en haute définition, à la fois politique et sensible, qui se déploie avec une intensité unique dans le cinéma contemporain.

 

Précédé de

 

LUMIÈRES FOSSILES

Réal. : Lise Fischer (France – 2016 – 15’)

Une vieille femme marche dans les sentiers menant au pic du Canigou, dans les Pyrénées Orientales. Sur son corps apparaissent des images du passé… Un film subtil sur la nostalgie (de la lumière ?).

En présence de la réalisatrice.

 

INFORMATIONS PRATIQUES :
Le mercredi 25 janvier 2017 – 19h30
Auditorium du Musée de la Chasse et de la Nature
62 rue des Archives – 75003 Paris
Tarif unique de 6 euros

La séance est suivie d’un verre amical offert par le musée.
Le billet permet de visiter le musée gratuitement pendant un mois à compter de sa date d’émission.
Réservation conseillée auprès de Françoise Fesneau : 01 53 01 92 40 / conf-expo@chassenature.org
Règlement sur place le jour de la séance

Projection de « Le droit chemin » – Le 30 novembre 2016 – Musée de la Chasse et de la Nature (en partenariat avec le FRAC Île-de-France)

Projection de « Le droit chemin » – Le 30 novembre 2016 – Musée de la Chasse et de la Nature (en partenariat avec le FRAC Île-de-France)

Le Musée de la Chasse et de la Nature présente
dans le cadre du cycle de projections
proposé et programmé par Charlene Dinhut et Benoît Hické

 

2016-11-30-projoccourtesy-des-artistes-et-bdv

 

LE DROIT CHEMIN (Der Rechte Weg)

Réal. : Peter Fischli et David Weiss

2001 (version sous-titrée) ; 1983 (version originale)
Vidéo Digital Betacam, PAL, couleur, mono, sous-titres en français
Durée 51.24 min/s

Der Rechte Weg est l’une des pièces maîtresses de ce duo d’artistes visuels suisses. Dissimulés sous des costumes, l’un d’ours, l’autre de rat, les artistes discutent, le temps d’une longue errance à travers la campagne, au contact d’une nature sauvage et de ses animaux. Les chemins sont périlleux, les événements nombreux, et le récit déroule une allégorie de ce que serait le destin même. Mais dans ce film aux allures de fable, la farce guette toujours : les deux artistes sont joueurs, s’efforcent de brouiller les pistes du genre et de savourer l’inattendu. Les costumes sont grossiers, les gestes maladroits, les propos oscillent entre philosophie et extravagances. Dérision et impertinence se mêlent aux hautes considérations, tandis que ce road-movie à pied et en fourrure prend le pari de faire vaciller nos repères et valeurs.

Dans le cadre de Animal on est mal au château de Rentilly, une exposition proposée par le FRAC Île-de-France en partenariat avec le musée de la Chasse et de la Nature.

 

Précédé de :

VOIE DE MOINDRE RÉSISTANCE (Der Geringste Widerstand)

Réal. : Peter Fischli et David Weiss
2001 (version sous-titrée) ; 1981 (version originale)

Vidéo Digital Betacam, PAL, couleur, mono, sous-titres en français
Durée 29.40 min/s
2001-058

Collection du Fonds d’art contemporain de la Ville de Genève

 

INFORMATIONS PRATIQUES :
Le mercredi 30 novembre 2016 – 19h30
Auditorium du Musée de la Chasse et de la Nature
62 rue des Archives – 75003 Paris
Tarif unique de 6 euros

La séance est suivie d’un verre amical offert par le musée.
Le billet permet de visiter le musée gratuitement pendant un mois à compter de sa date d’émission.
Réservation conseillée auprès de Françoise Fesneau : 01 53 01 92 40 / conf-expo@chassenature.org
Règlement sur place le jour de la séance

“Histoires de l’oeil” – Le 9 juin 2015 – Cinéma des Cinéastes (cycle de projections du BAL)

Une proposition de Benoît Hické

A l’occasion de l’exposition « Images à charge, la construction de la preuve par l’image » (du 4 juin au 30 août, dans le cadre des 5 ans du BAL), les trois séances, constituées pour la plupart de films d’artistes ou expérimentaux, proposent d’appréhender la puissance de persuasion des images. Images enregistrées par des caméras de surveillance ou par des drones, images prises sur le vif ou found footage, ce sont les modalités visuelles du contrôle sur le citoyen qui sont convoquées. Avec la nécessité, pour reprendre l’impératif de Michel Foucault, de déconstruire les structures fondatrices de nos sociétés pour mieux les sonder.

 

image

 

Histoires de l’œil

Trois mois après la catastrophe de Fukushima, une caméra de surveillance installée sur le site déverse son flux visuel sur la page officielle de l’exploitant de la centrale. 4″ bâtiments face à la mer” de Philippe Rouy est un montage de ces images, qui subvertit l’intention officielle de “transparence des opérations de sécurisation”. L’entreprise panoptique est mise à mal comme dans le film “I Only Wish I Could Weep”, archive de The Atlas Group. Cette fiction, construite par l’artiste libanais Walid Raad, présente les bandes vidéo conservées de l’opérateur 17, agent de renseignement assigné au contrôle de l’activité de la Corniche, lieu populaire de Beyrouth. Les mécanismes de surveillance sont disséqués également dans “Prison Images”, composé de citations de films de fiction (Genet, Bresson), de documentaires et d’images de caméras de surveillance grâce auxquels Harun Farocki montre et démonte l’envers d’un lieu par essence clos sur lui-même. Une réflexion dialectique sur les puissances de l’image.

“4 bâtiments face à la mer“, de Philippe Rouy (2012, vidéo, sil., 47’)

“I Only Wish I Could Weep, Operator #17″, de Walid Raad (The Atlas Group) (2002, vidéo, sil., 7’36)

“Prison Images”, de Harun Farocki (2000, vidéo, son, 60’, VOSTF)

 

INFORMATIONS PRATIQUES :

Cinéma des Cinéastes – Le 9 juin 2015 – 20h15

7 avenue de Clichy – 75017 Paris

Tarifs : 9 euros / 7 euros tarif réduit.
Séance + exposition au BAL : 11 euros

Projection de « The Great Flood » – Le 7 février 2015 – Muséum national d’Histoire naturelle (Fife hors les murs)

Le Muséum national d’Histoire naturelle présente

dans le cadre du Festival International du Film d’Environnement 2015

 

THE GREAT FLOOD (La grande inondation)

— Première française —

Réal. : Bill Morrison (EU, 2013, 78’)

En présence du réalisateur

La crue du Mississippi, en 1927, fut la plus destructrice de l’histoire des Etats-Unis. Au printemps de cette année-là, le fleuve déborda en 145 endroits et inonda une surface de 27 000 mètres carré sur une profondeur de 9 mètres. L’une des conséquences de cette tragédie fut l’exode massif de métayers et un remodelage important des bassins de populations du Nord. Sur un plan musical, ce Grand Exil des Noirs du Sud rural vers les villes du Nord vit le Blues du Delta s’électrifier et muer en Chicago blues, en rhythm & blues et en rock’n’roll. En
exhumant de nombreuses séquences d’archives des actualités, muettes et souvent marquées par le temps, le réalisateur Bill Morrison réactive la mémoire d’une catastrophe naturelle qui frappa les esprits. La musique saisissante de Bill Frisell, associée à ces images, façonnent le portrait puissant d’un moment charnière de l’histoire américaine.

INFORMATIONS PRATIQUES : 
Samedi 7 février 2015 – 15h30 
Auditorium de la Grande Galerie de l’Évolution
Entrée par le 36 rue Geoffray St Hilaire – 75005 Paris
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles (120 places)