Carte blanche à Jacques Perconte – Le 17/04/2019 à la Gaîté Lyrique (cycle « Le tour du jour – Nouveaux territoires du cinéma »)

Carte blanche à Jacques Perconte – Le 17/04/2019 à la Gaîté Lyrique (cycle « Le tour du jour – Nouveaux territoires du cinéma »)

La Gaîté Lyrique présente
le cycle « Le Tour du jour – Nouveaux territoires du cinéma » 
proposé par Benoît Hické
© Jacques Perconte 

Jacques Perconte, grand artiste des couleurs et des paysages (invité en 2015 lors de la seconde édition du festival F.A.M.E aux côtés de Jean-Benoît Dunckel), qui adore redonner aux données numériques toute leur picturalité et leur plasticité, nous propose une conversation inédite entre ses pièces les plus récentes (présentées en exclusivité dans le cadre cette soirée) et le travail du jeune réalisateur Pablo Dury.

OR / OR, HAWICK, JUNE 18
Réal. : Jacques Perconte (France – 2018 – 9’33)
Dans l’or de Klimt porté au point de fusion par un ciel d’après-midi flamboyant au-dessus d’Hawick, dans le sud de l’Écosse, un oiseau traverse le ciel. D’un bout à l’autre de l’horizon, son vol défie l’espace et le temps jusqu’à les faire se tordre et glisser l’un dans l’autre. Le voyage vers la lumière, c’est le renoncement aux apparences pour accéder à une dimension mystique où tout n’est plus qu’amour-lumière-or. Ce flux infini devient harmonie de l’existence et unité de la vie, là où toutes les couleurs se rassemblent, s’embrassent et fondent.

À Hawick, au milieu de la rivière Teviot, le 4 mai 2018.
 

OR / OUR, BUDAPEST, JUNE 18
Réal. : Jacques Perconte (France – 2018 – 3’34)
Trempée dans l’or de Klimt, l’aurore à Budapest brûle de mille feux. Les oiseaux, minuscules au firmament, filent et dansent. L’immensité et le calme des apparences résonnent avec les flux de la terre. Nos entrailles, comme prises par la force des laves souterraines, nous rappellent à la patience. La quête de la lumière, la quête de l’amour commencera ici, dans les vibrations avec cette lettre d’images incandescentes, attisées par les émotions.
À Budapest, sur le Széchenyi Lánchíd, le 25 juin 2018
 

LES AMOUREUX
Réal. : Pablo Dury (France – 2018 – 46′)
Sur les terres du bout du monde, on raconte qu’il existe une forêt magique. Elle ferait apparaître au voyageur qui s’y installe l’être qu’il désire le plus fort ; une créature venue d’un souvenir lointain, d’un présent rêvé ou d’un avenir incertain.
 

Or / AOUR, VIENNA, 2019 – Première mondiale
Réal. : Jacques Perconte (France – 2019 – 11′) 
L’agitation de la matière joue sur l’équilibre et rien ne se fixe. Portées par la force de l’or qui coule dans leur corps, les hirondelles ne pèsent plus rien. Elles sont la lumière qui va et vient sans ordre et pour les voir, il ne faut pas essayer de les attraper. Pour les voir, il faut laisser le temps s’étirer.

Informations pratiques :
Mercredi 17 avril 2019 – 19h15 
Auditorium de la Gaîté Lyrique 
3 bis rue Papin – 75003 Paris 
Tarifs : 6 euros / 4 euros (adhérents)
Billetterie en ligne 


Benoît Hické Programmations 

hicke.fr

Projections de « Milieu » et « Alpes 500 -3000m, 2010-1970 » – Le 29 novembre 2018 à l’Ecole Nationale des Beaux Arts de Paris

Projections de « Milieu » et « Alpes 500 -3000m, 2010-1970 » – Le 29 novembre 2018 à l’Ecole Nationale des Beaux Arts de Paris

L’Ecole Nationale des Beaux Arts de Paris présente

dans le cadre du cycle « Géologie & géopolitique »

 

 

MILIEU,  de Damien Faure (France, 2015, 54 min).

En présence du réalisateur

Nishida est entomologiste. En expédition scientifique sur l’île de Yakushima, île aux montagnes où s’accroche une brume qui semble éternelle, il est notre passeur pour découvrir les croyances spirituelles qui accompagnent la relation à la nature des habitants de l’île. Arpenteurs de ces montagnes recouvertes de forêts luxuriantes, ces derniers nous font rencontrer les divinités, esprits farceurs et paysages mouvants, avec qui ils cohabitent, en visitant un temple taoïste et son jardin zen ou un autel dans son écrin feutré de mousse en sous-bois. Dans le calme de la forêt, parmi les cèdres centenaires, c’est la pensée d’Augustin Berque, philosophe et géographe qui nous éclaire dans notre réflexion sur les liens étroits entre nature et culture, sur la relation d’une société à son environnement

 

précédé de

 

ALPES 500 – 3000m, 2010-1970, de Gaëlle Boucand (France, 2011, 17 min).

Alpes 500 – 3000 m , 2010 – 1970 parcourt l’ordonnance de la végétation sur le versant d’une montagne alpine, de l’étage collinéen à 500 mètres d’altitude à l’étage nivéal, au-delà de 3000 mètres. Chaque étage de végétation est filmé à l’aide d’une technologie différente, usant des cinq plus grands formats vidéo ayant existé jusqu’à ce jour : Hd, Dv, Digital8, Hi8, Vhs.

 

 

INFORMATIONS PRATIQUES :

Jeudi 29 novembre 2018 – 19h

École nationale supérieure des beaux-arts

14 Rue Bonaparte 75006 Paris

Amphithéâtre des Loges – Entrée libre

 

 

Projection exceptionnelle de « Ne travaille pas (1968-2018) » – Le 14/11/2018 à la Gaîté Lyrique

Projection exceptionnelle de « Ne travaille pas (1968-2018) » – Le 14/11/2018 à la Gaîté Lyrique

La Gaîté Lyrique présente
dans le cadre du cycle Le Tour du jour – Nouveaux territoires du cinéma
proposé par Benoît Hické

 

 

NE TRAVAILLE PAS (1968-2018)
Première parisienne en présence du réalisateur et de l’équipe du film
Réalisation : César Vayssié (France – 2018 – 88 min)
Production / Distribution : Shellac

Elsa Michaud et Gabriel Gauthier sont étudiants aux Beaux-Arts de Paris, ils partagent une relation amoureuse et une recherche artistique. Ils deviennent artistes dans une époque désorientée. Sans parole, hypnotisé par la musique du tandem Avia x Orly, le montage fusionne les gestes, les signes, les évènements du monde et la vie quotidienne des deux étudiants de mars 2017 à mars 2018. Le film exploite la frénésie de l’industrie numérique à travers une proposition plastique, il décline les paradoxes d’une société qui célèbre les événements de Mai 68, cinquante ans après.

« César Vayssié reste l’un des rares cinéastes aujourd’hui à mobiliser avec une telle virtuosité la composition des images et des sons, le travail des corps dans l’espace et les simulacres du spectacle médiatique. En miroir d’UFE (Un film Événement) (…), NE TRAVAILLE PAS (1968 – 2018) continue de questionner les formes de l’engagement, dans l’intime comme dans le politique, à une époque où les possibles sont systématiquement niés ou renvoyés aux échecs de l’histoire. Mais « la véritable image du passé se faufile devant nous », écrivait Benjamin. » (Alice Leroy – Revue Débordements)

 

INFORMATIONS PRATIQUES :
Mercredi 14 novembre 2018 à 19h15
à la Gaîté Lyrique – Auditorium
3 bis rue Papin – 75003 Paris
Tarifs : 4 à 6 €

 

CYCLE LE TOUR DU JOUR
Depuis septembre 2015, ce cycle de projections mensuel, proposé par Benoît Hické Programmations (co-commissaire du festival FAME – Film & Music Experience), se penche sur les nouvelles formes qu’empruntent les cinémas contemporains, en particulier le régime documentaire, en explorant et en explosant à la fois les formats et les sujets.
https://gaite-lyrique.net/cycle/le-tour-du-jour

 

Projection « Le rock expérimental des Instants Chavirés » (1ère française) – Le 19/09/2018 à la Gaîté Lyrique

Projection « Le rock expérimental des Instants Chavirés » (1ère française) – Le 19/09/2018 à la Gaîté Lyrique

La Gaîté Lyrique présente
dans le cadre du cycle « Le tour du jour – Nouveaux territoires du cinéma »
proposé par Benoît Hické

 
LE ROCK EXPÉRIMENTAL DES INSTANTS CHAVIRÉS (OU COMMENT EN FINIR AVEC LE JAZZ)
Réal. : Yves-Marie Mahé / Le Collectif Négatif
France – 2018 – 85 min
Bande-annonce
1ère française en présence du réalisateur 

Les Instants Chavirés, situés à Montreuil, sont depuis 1991 un lieu de diffusion pensé comme un laboratoire des musiques improvisées, expérimentales, bruitistes. Après avoir ouvert en tant que salle de jazz contemporain, Les Instants Chavirés s’ouvrent au rock avant-gardiste au milieu des années 90. Depuis la programmation s’est majoritairement orientée vers le rock noise, l’électronique, le bruit… 

Ce film propose une plongée jubilatoire dans les archives de ce lieu utopique et toujours vaillant, régulièrement électrisé par des performances qui ont toujours fait la part belle aux expérimentations les plus libres. 

Avec les témoignages d’Arnaud Rivière, Quentin Rollet, Thierry Schaeffer, Andy Moor, Franq De Quengo, Marcel Perrin, Scott Gillot, Théo Jarrier, Romain Perrot, Enrique Vega, J-F Pichard, Nina Garcia, Pascal Benvenuti et Guillaume Loiret. Avec des extraits des concerts de Thierry Madiot, Peter Brötzmann + Han Bennink, The Ex + Tom Cora, Roof, Hint + Quentin Rollet, Kampec Dolores, Prolapse, King Biscuit, Zeni Geva, Melt Banana, Purr, Badgewearer, Heliogabale + Didier Petit, Keiji Haino, Oxbow, US Maple, New Bad Things, Tiger Lillies, Marc Ribot, KK Null, Api Uiz, Labradford, Godspeed You Black Emperor, De Kift, Mamiedaragon, Headwar, Wolf Eyes, France, Vomir, Besoin Dead, AH Kraken, Noir Boy George, Sophie Agnel & Roro Perrot. 

INFORMATIONS PRATIQUES :
Le mercredi 19 septembre 2018 – 19h15
Auditorium de la Gaîté lyrique
3 bis rue Papin – 75003 Paris
Tarifs : 4 / 6 euros
Evènement
Réservations en ligne
 

« ÉCHOS » – Le 05 juillet 2018 à la Gaîté Lyrique (Cycle Le Tour du jour)

La Gaîté Lyrique présente
dans le cadre du cycle « Le tour du jour – Nouveaux territoires du cinéma »
proposé par Benoît Hické
« ÉCHOS »
Cette dernière séance de la saison rassemble trois films traversés par une approche puissante, méditative, poétique de la musique et de la nature.
Une véritable expérience collective, au coeur de l’été ! ALLEGRO TRISTE
Réal. : Aurélien Froment (France / GB – 2017 – 36’)
Cinéma du réel 2018 (compétition française)
Merci à la galerie Marcelle Alix
L’un des plus beaux films récents sur la musique, ou plutôt AVEC la musique, ici un personnage à part entière, qui déploie sa puissance d’évocation grâce à des plans rigoureux. Sous l’apparente austérité du dispositif inventé par l’artiste Aurélien Froment, l’émotion surgit, palpable, littéralement inouïe.

PROXIMA B (première française)
Réal. : Giulia Grossmann (France – 2017 – 15’)
Musique originale : Cosmic Neman
En présence de la réalisatrice et de Cosmic Neman
Bande-annonce
Ce film parcourt une Islande désertée, hantée par les roches et le lichen, volcanique mais qui n’explose jamais en dépit des tensions incessantes et poétiques.

LES ÎLES RÉSONNANTES
Réal. : Juruna Mallon (France – 2017 – 41’)
Cinéma du réel 2017 (compétition française)
En présence du réalisateur (sous réserve)
Bande-annonce
« C’est dans l’oreille d’Éliane Radigue que le film nous amène, dans une expérience sensorielle aux limites de l’hypnose où nos sens sont à l’affût. En traversant les récentes pièces de la compositrice, des paysages jaillissent, notre écoute se précise, s’aiguise et cela persiste au-delà du film. » (Tënk)

INFORMATIONS PRATIQUES :
Le jeudi 5 juillet 2018 à 19h15
Auditorium de la Gaîté lyrique
3 bis rue Papin – 75003 Paris
Tarifs : 4 euros / 6 euros