Projection de “Titas Ekti Nadir Naam” – Le 26 octobre 2016 – Musée de la Chasse et de la Nature

Le Musée de la Chasse et de la Nature présente
dans le cadre du cycle de projections
proposé et programmé par Charlene Dinhut et Benoît Hické

 

TITAS EKTI NADIR NAAM (UNE RIVIÈRE NOMMÉE TITASH)

Réal. : Ritwik Ghatak (Inde / Bengladesh – 1973 – 158′ – VOSTF)

Ritwik Ghatak (1925-1976) est l’un des grands artistes de l’histoire du cinéma indien. Son oeuvre soumet le mélodrame, la chronique sociale ou la fresque historique à un traitement singulier, traversé par des éclats de poésie situés quelque part entre Douglas Sirk, Serguëi Eisenstein et Satyajit Ray. Ce film-fleuve est l’adaptation du récit de l’écrivain bengali Adwaita Mallabarman : dans les années 1930, sur les bords de la rivière Titash, source de vie, une communauté de pêcheurs se meurt car le cours d’eau se tarit. Certains résistent face aux Babus, venus transformer les terres en rizières.
Parmi eux, Kishore, un jeune pêcheur, devient fou, à la suite de l’enlèvement de sa femme par des pirates au lendemain de leur mariage. Celle-ci réussit à s’évader : une communauté de pêcheurs d’un village situé sur les rives de la rivière la recueille et l’adopte. Derrière ce récit aux airs d’épopée – et très musical – que l’on peut envisager aussi comme un documentaire sur les traditions d’une communauté de pêcheurs, Ritwik Ghatak nous plonge dans le quotidien des classes pauvres. Son film a le rythme du flux et du reflux de la rivière et il enchante autant qu’il émeut.

INFORMATIONS PRATIQUES :
Le mercredi 26 octobre 2016 – 19h30
Auditorium du Musée de la Chasse et de la Nature
62 rue des Archives – 75003 Paris
Tarif unique de 6 euros

Le billet permet de visiter le musée gratuitement pendant un mois à compter de sa date d’émission.
Réservation conseillée auprès de Françoise Fesneau : 01 53 01 92 40 / conf-expo@chassenature.org
Règlement sur place le jour de la séance

Le site du Musée : http://www.chassenature.org

 

Projection de “Dead Slow Ahead” – Le samedi 1er octobre 2016 – Muséum national d’Histoire naturelle

Projection de “Dead Slow Ahead” – Le samedi 1er octobre 2016 – Muséum national d’Histoire naturelle

Le Muséum national d’Histoire naturelle présente

dans le cadre du cycle “Expéditions : l’usage du monde”

DEAD SLOW AHEAD

Réal. : Mauro Herce (2015 – Espagne – 74′)

Prix spécial du jury au Festival International du film de Locarno 2015
DocLisboa IFF 2015 – Prix du meilleur premier film

Sortie en salles le 5 octobre 2016 (distributeur : Potemkine)

Ce film hypnotique nous fait traverser l’océan sur un cargo, le Fair Lady, dont la machinerie semble peu à peu dévorer les marins. Il s’agit peut-être d’un bateau à la dérive, ou tout simplement du dernier spécimen d’une espèce en voie de disparition, avec ses moteurs qui fonctionnent sans pouvoir être arrêtés. Une étrange odyssée qui capte
les gestes des marins et épouse le rythme de leur vie quotidienne à bord. L’expédition est celle du regard qu’on porte sur ces ouvriers des océans oubliés, simples engrenages d’une mécanique qui les dépasse. 

INFORMATIONS PRATIQUES :
Samedi 1er octobre 2016 – 15h
Auditorium de la Grande Galerie del’Évolution
Entrée par le 36 rue Geoffray St Hilaire – 75005 Paris
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles (120 places)

Retrouvez le Muséum sur Facebook, Twitter, Dailymotion et Vimeo

« La réponse de la baleine à bosse” – Le 4 juin 2016 – Muséum national d’Histoire naturelle

Le Muséum national d’Histoire naturelle présente

 

LA RÉPONSE DE LA BALEINE A BOSSE
Concert d’Alice Pénitot et Brice Martin (40’)
Une composition électroacoustique d’Aline Pénitot avec Brice Martin (basson)


Aline Pénitot décèle la musicalité de sons enregistrés au microphone, elle en fabrique ensuite des compositions sonores. En 2013, elle découvre d’étranges similitudes entre le timbre du basson et les chants de baleines à bosse. À jamais répétitifs, les chants de baleines à bosse nous plonge dans une écoute immersive particulière. Une répétition qui peut s’entendre comme processus de composition musicale. Dans cette veine, John Cage propose à travers sa pièce Litany for The Whales une question et 32 réponses.

En partant de cette pièce du compositeur américain, La réponse de la baleine à bosse opère un renversement de notre point d’écoute vers celui du cétacé.

Un projet soutenu par Césaré (Centre national de création musical de Reims).


Précédé d’une conférence d’Olivier Adam
Les baleines à bosse mâles sont connues pour leurs chants mélodieux. Ces vocalises servent à attirer les femelles et sont également adressées aux autres mâles pendant cette compétition intense pour la reproduction. Elles sont diverses, organisées dans le temps sous forme de leitmotiv.
Les récentes études scientifiques ont montré des résultats spectaculaires sur l’évolution culturelle, l’identité locale au cours d’une saison, le partage des chants, la transmission des chants entre les baleines du pacifique sud. Olivier Adam nous livre ces dernières recherches.



Professeur à l’Université Pierre et Marie Curie, spécialiste en traitement du signal, Olivier Adam étudie les cétacés depuis 2001. Il est actuellement engagé dans 3 projets de recherche : le recensement des émissions sonores des cétacés de St Pierre-et-Miquelon, la détection des baleines bleues antarctique par acoustique passive et l’étude des
baleines à bosse.


INFORMATIONS PRATIQUES :
Samedi 4 juin 2016 – 15h
Auditoriumde la Grande Galerie de l’Évolution
Entrée par le 36 rue Geoffray St Hilaire – 75005 Paris
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles (120 places)

“Eco-bambins” – Projections de films pour enfants – Le 10 avril 2016 – Muséum national d’Histoire naturelle (séance spéciale FIFE Hors les murs)

ECO-BAMBINS

Programme de films dédiés aux tout-petits, en partenariat avec le Festival International du Film d’Environnement. Dès 4 ans.

 

PARADISE
David Rodriguez Jaramillo (Mexique – 2015 – 5’15)
Un phoque se perd en essayant de survivre dans son environnement en pleine mutation, qu’il ne reconnaît plus.

TRACKS
Noemi Valentíny (République tchèque – 2014 – 5’03)
Le loup vit en captivité au zoo. Il se sent perdu. Une nuit, le renard arrive et lui montre qu’il est possible de vivre autrement…

L’ARBRE
Lucie Sunková (France/République tchèque – 2015 – 14’45)
Sur une colline pelée vit un vieux chêne isolé. Plus bas, une maisonnette habitée par de jeunes mariés qui attendent un enfant.

SERIOUSLY DEADLY SILENCE
Sara Koppel (Danemark – 2015 – 1’)
Une minute, soixante secondes : soixante images de soixante espèces menacées. Sans elles, le monde ne serait plus le même. Peut-on se permettre de les perdre ?

LA SOUPE AU CAILLOU
Clémentine Robach (France/Belgique – 2015 – 7’)
C’est l’heure du dîner et de l’émission culinaire à la télévision. Tout le monde écoute attentivement la recette du jour : la soupe au caillou.

JUNK
Walter Tournier (Uruguay – 2015 – 5’)
Souvenirs d’un monde apocalyptique.

SOME THING
Elena Walf (Allemagne – 2015 – 7’)
Trois grandes montagnes friment avec leurs trésors (l’huile, l’or et
feu) devant une petite montagne dont le trésor a l’air bien dérisoire…

INFORMATIONS PRATIQUES :
Dimanche 10 avril 2016 – 17h
Auditorium de la Grande Galerie de l’Évolution
Entrée par le 36 rue Geoffray St Hilaire – 75005 Paris
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles (120 places)

Le site du FIFE : http://fife.iledefrance.fr/

Projection de “The Daily Death” – Le 9 avril 2016 – Muséum national d’Histoire naturelle (séance spéciale FIFE Hors les murs)

Le Muséum national d’Histoire naturelle présente
dans le cadre du FIFE Hors les murs

 

THE DAILY DEATH / A MORTE DIRIA
Réal. : Daniel Lentini (Brésil – 2015 – 78’- VOSTF)

Première française en présence du réalisateur

Un “journal en images” pour découvrir l’État du Minas Gerais, au Brésil, qui peu à peu semble perdre son essence et ne pas savoir s’adapter au progrès…

“The Daily Death” est une étude de la région dans laquelle je suis né. Lorsque j’y retourne, je remarque que la ville s’est transformée et que je ne la reconnais plus. C’est pourquoi j’ai décidé de faire un film sur une région en cours d’extinction. Il s’agit d’une “encyclopédie apocalyptique” du paysage et des humains qui résident ici, oubliés au fil du temps. Même si c’est un film sur une région particulière, il parle à toutes les villes lorsqu’il montre “les petites morts”
auxquelles nous sommes confrontés au quotidien. Le film est divisé en jours et chaque histoire ou situation le fait évoluer d’un point de vue
géographique jusqu’à ce qu’il arrive dans la ville. Une fois qu’il y est arrivé, il est alors clair que l’idée du progrès n’a pas fonctionné : nous nous trouvons tout près de la fin de cette région.“

 

INFORMATIONS PRATIQUES :
Samedi 9 avril 2016 – 15h
Auditorium de la Grande Galerie de l’Évolution
Entrée par le 36 rue Geoffray St Hilaire – 75005 Paris
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles (120 places)

Le site du FIFE : http://fife.iledefrance.fr/