« La réponse de la baleine à bosse” – Le 4 juin 2016 – Muséum national d’Histoire naturelle

Le Muséum national d’Histoire naturelle présente

 

LA RÉPONSE DE LA BALEINE A BOSSE
Concert d’Alice Pénitot et Brice Martin (40’)
Une composition électroacoustique d’Aline Pénitot avec Brice Martin (basson)


Aline Pénitot décèle la musicalité de sons enregistrés au microphone, elle en fabrique ensuite des compositions sonores. En 2013, elle découvre d’étranges similitudes entre le timbre du basson et les chants de baleines à bosse. À jamais répétitifs, les chants de baleines à bosse nous plonge dans une écoute immersive particulière. Une répétition qui peut s’entendre comme processus de composition musicale. Dans cette veine, John Cage propose à travers sa pièce Litany for The Whales une question et 32 réponses.

En partant de cette pièce du compositeur américain, La réponse de la baleine à bosse opère un renversement de notre point d’écoute vers celui du cétacé.

Un projet soutenu par Césaré (Centre national de création musical de Reims).


Précédé d’une conférence d’Olivier Adam
Les baleines à bosse mâles sont connues pour leurs chants mélodieux. Ces vocalises servent à attirer les femelles et sont également adressées aux autres mâles pendant cette compétition intense pour la reproduction. Elles sont diverses, organisées dans le temps sous forme de leitmotiv.
Les récentes études scientifiques ont montré des résultats spectaculaires sur l’évolution culturelle, l’identité locale au cours d’une saison, le partage des chants, la transmission des chants entre les baleines du pacifique sud. Olivier Adam nous livre ces dernières recherches.



Professeur à l’Université Pierre et Marie Curie, spécialiste en traitement du signal, Olivier Adam étudie les cétacés depuis 2001. Il est actuellement engagé dans 3 projets de recherche : le recensement des émissions sonores des cétacés de St Pierre-et-Miquelon, la détection des baleines bleues antarctique par acoustique passive et l’étude des
baleines à bosse.


INFORMATIONS PRATIQUES :
Samedi 4 juin 2016 – 15h
Auditoriumde la Grande Galerie de l’Évolution
Entrée par le 36 rue Geoffray St Hilaire – 75005 Paris
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles (120 places)

“Eco-bambins” – Projections de films pour enfants – Le 10 avril 2016 – Muséum national d’Histoire naturelle (séance spéciale FIFE Hors les murs)

ECO-BAMBINS

Programme de films dédiés aux tout-petits, en partenariat avec le Festival International du Film d’Environnement. Dès 4 ans.

 

PARADISE
David Rodriguez Jaramillo (Mexique – 2015 – 5’15)
Un phoque se perd en essayant de survivre dans son environnement en pleine mutation, qu’il ne reconnaît plus.

TRACKS
Noemi Valentíny (République tchèque – 2014 – 5’03)
Le loup vit en captivité au zoo. Il se sent perdu. Une nuit, le renard arrive et lui montre qu’il est possible de vivre autrement…

L’ARBRE
Lucie Sunková (France/République tchèque – 2015 – 14’45)
Sur une colline pelée vit un vieux chêne isolé. Plus bas, une maisonnette habitée par de jeunes mariés qui attendent un enfant.

SERIOUSLY DEADLY SILENCE
Sara Koppel (Danemark – 2015 – 1’)
Une minute, soixante secondes : soixante images de soixante espèces menacées. Sans elles, le monde ne serait plus le même. Peut-on se permettre de les perdre ?

LA SOUPE AU CAILLOU
Clémentine Robach (France/Belgique – 2015 – 7’)
C’est l’heure du dîner et de l’émission culinaire à la télévision. Tout le monde écoute attentivement la recette du jour : la soupe au caillou.

JUNK
Walter Tournier (Uruguay – 2015 – 5’)
Souvenirs d’un monde apocalyptique.

SOME THING
Elena Walf (Allemagne – 2015 – 7’)
Trois grandes montagnes friment avec leurs trésors (l’huile, l’or et
feu) devant une petite montagne dont le trésor a l’air bien dérisoire…

INFORMATIONS PRATIQUES :
Dimanche 10 avril 2016 – 17h
Auditorium de la Grande Galerie de l’Évolution
Entrée par le 36 rue Geoffray St Hilaire – 75005 Paris
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles (120 places)

Le site du FIFE : http://fife.iledefrance.fr/

Projection de “The Daily Death” – Le 9 avril 2016 – Muséum national d’Histoire naturelle (séance spéciale FIFE Hors les murs)

Le Muséum national d’Histoire naturelle présente
dans le cadre du FIFE Hors les murs

 

THE DAILY DEATH / A MORTE DIRIA
Réal. : Daniel Lentini (Brésil – 2015 – 78’- VOSTF)

Première française en présence du réalisateur

Un “journal en images” pour découvrir l’État du Minas Gerais, au Brésil, qui peu à peu semble perdre son essence et ne pas savoir s’adapter au progrès…

“The Daily Death” est une étude de la région dans laquelle je suis né. Lorsque j’y retourne, je remarque que la ville s’est transformée et que je ne la reconnais plus. C’est pourquoi j’ai décidé de faire un film sur une région en cours d’extinction. Il s’agit d’une “encyclopédie apocalyptique” du paysage et des humains qui résident ici, oubliés au fil du temps. Même si c’est un film sur une région particulière, il parle à toutes les villes lorsqu’il montre “les petites morts”
auxquelles nous sommes confrontés au quotidien. Le film est divisé en jours et chaque histoire ou situation le fait évoluer d’un point de vue
géographique jusqu’à ce qu’il arrive dans la ville. Une fois qu’il y est arrivé, il est alors clair que l’idée du progrès n’a pas fonctionné : nous nous trouvons tout près de la fin de cette région.“

 

INFORMATIONS PRATIQUES :
Samedi 9 avril 2016 – 15h
Auditorium de la Grande Galerie de l’Évolution
Entrée par le 36 rue Geoffray St Hilaire – 75005 Paris
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles (120 places)

Le site du FIFE : http://fife.iledefrance.fr/

Projections de “Zone blanche” + « All That is Solid Melts into Data »- Le mercredi 9 décembre 2015 – Gaîté lyrique (cycle Le tour du jour)

La Gaîté lyrique présente

dans le cadre du cycle Le tour du jour

proposé et programmé par Benoît Hické

LE CHEMIN DES ONDES
Ces deux films singuliers
questionnent notre rapport ambivalent aux technologies, de l’addiction à la promesse d’un avenir meilleur, de la maladie à l’asservissement. La Terre tourne-t-elle mieux depuis que l’Homme lui impose son empreinte ? Peut-on maîtriser les flux d’informations que nous générons et quels sont les impacts des Big Datas sur notre environnement ? En ces temps de prise de conscience aigüe des problématiques climatiques et plus largement écologiques, est-il encore possible de négocier avec nous-mêmes ? Cette séance très spéciale ouvre la discussion.

 

ZONE BLANCHE

Réal. : Gaëlle Cintré (2014 – 22′)

En présence de la réalisatrice

Souffrant d’un syndrome aigu d’intolérance aux champs électromagnétiques, quatre femmes se voient contraintes de survivre en marge du monde. Le quotidien de ces électro-hypersensibles oscille entre retour à un mode de vie primitif et science-fiction post-apocalyptique. Ne supportant même plus la proximité du courant électrique ou de
batteries, le film a dû se faire sans électricité.

ALL THAT IS SOLID MELTS INTO DATA

Réal. : Boaz Levin et Ryan S Jeffery (Allemagne/France/EU – 2015 – 60′ – VOSTF)

Première parisienne

http://www.ryansjeffery.com/all-that-is-solid-melts-into-data/

Intégrant, comme cela devient fréquent dans le documentaire (et même dans la fiction), des captures d’écran d’internet, notamment de Google maps, ce film aux résonances politiques répertorie avec images, documents et chiffres à l’appui, les principaux centres de données des grandes plateformes d’Internet (comme Google,
Facebook, Apple, etc.), aux Etats Unis, principalement. Froide analyse, à la limite de l’espionnage industriel (on pense à WikiLeaks), sur la forme et l’architecture de ces immenses bâtiments, pour la plupart aveugles et anonymes, où sont stockées les informations collectées par leurs sites. Ces usines énergivores, énormes consommatrices d’eau et d’électricité, génèrent non seulement des problèmes écologiques, mais leur expansionnisme galopant ne semble répondre à aucune nécessité rationnelle. Une analogie avec un célèbre paradoxe de Borges sur la carte et le territoire clôt magistralement cette démonstration finement
polémique”
(Vincent Ostria, Les Inrocks)

INFORMATIONS PRATIQUES :

Le mercredi 9 décembre 2015 à 19h30
La Gaîté lyrique – Auditorium
3 bis rue Papin 75003 Paris
Tarifs : gratuit pour les adhérents / 3 euros tarif réduit / 5 euros plein tarif

Projection de “Copenhague : chronique d’un accord inachevé” – Le dimanche 6 décembre 2015 – Muséum national d’Histoire naturelle

Le Muséum national d’Histoire naturelle présente

 

COPENHAGUE : CHRONIQUE D’UN ACCORD INACHEVE
Réal. : Jean-Philippe Amar (France, 2010, 101’)
Merci à Agnès Kieft (Lagardère Entertainment Rights)

En décembre 2009 se déroula à Copenhague la 15e conférence des parties (COP15) de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques. Elle devait être l’occasion de renégocier un accord international sur le climat remplaçant le protocole de Kyoto, mais les participants ne parvinrent pas à s’accorder sur l’objectif de réduction de moitié des émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2050. Filmé dans les coulisses, pendant un an, depuis les sommets préparatoires de Bonn et Bangkok jusqu’à celui de Copenhague, ce récit se transforme en chronique du théâtre de ces négociations et restitue l’intensité des débats, en suivant les pas de Laurence Tubiana,médiatrice pour la France. En filigrane, une question demeure : comment, au-delà des déclarations d’intention, chacun manifeste-t-il sa solidarité ? Sur quel texte et avec quels engagements précis ? Six ans plus tard, alors que la COP21 bat son plein, quelles seront les avancées à la fois environnementales mais aussi politiques sur lesquels pays émergents et pays industrialisés parviendront à fixer durablement ?

INFORMATIONS PRATIQUES :

Dimanche 6 décembre à 15h30

Auditorium de la Grande Galerie de l’Évolution

Entrée par le 36 rue Geoffray St Hilaire – 75005 Paris
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles (120 places)