Projections de « Lumières fossiles » et « Behemoth » – Le 25 janvier 2017 – Musée de la Chasse et de la Nature

Projections de « Lumières fossiles » et « Behemoth » – Le 25 janvier 2017 – Musée de la Chasse et de la Nature

Le Musée de la Chasse et de la Nature présente
dans le cadre du cycle de projections
proposé et programmé par Charlène Dinhut et Benoît Hické

 

 

BEHEMOTH

Réal. : Zhao Liang (Chine/France – 2015 – 95′) / Merci à l’INA

Le réalisateur Zhao Liang poursuit son passionnant travail d’auscultation du pouls chinois. Il a parcouru pendant deux ans la Mongolie intérieure (vaste province du nord de la Chine) afin de saisir le spectacle des activités minières.
Son film navigue entre rêve (ou cauchemar ?) et réalité, allégorie et âpreté du réel, entre images, sons directs et musique. La montagne, la nature, la vie même paraissent s’effacer sous la main de l’Homme, en une métaphore à peine voilée du revirement majeur que nous vivons (l’Anthropocène).

Behemoth est bel et bien un film noir et dragon en haute définition, à la fois politique et sensible, qui se déploie avec une intensité unique dans le cinéma contemporain.

 

Précédé de

 

LUMIÈRES FOSSILES

Réal. : Lise Fischer (France – 2016 – 15’)

Une vieille femme marche dans les sentiers menant au pic du Canigou, dans les Pyrénées Orientales. Sur son corps apparaissent des images du passé… Un film subtil sur la nostalgie (de la lumière ?).

En présence de la réalisatrice.

 

INFORMATIONS PRATIQUES :
Le mercredi 25 janvier 2017 – 19h30
Auditorium du Musée de la Chasse et de la Nature
62 rue des Archives – 75003 Paris
Tarif unique de 6 euros

La séance est suivie d’un verre amical offert par le musée.
Le billet permet de visiter le musée gratuitement pendant un mois à compter de sa date d’émission.
Réservation conseillée auprès de Françoise Fesneau : 01 53 01 92 40 / conf-expo@chassenature.org
Règlement sur place le jour de la séance

Projections de “Zone blanche” + « All That is Solid Melts into Data »- Le mercredi 9 décembre 2015 – Gaîté lyrique (cycle Le tour du jour)

La Gaîté lyrique présente

dans le cadre du cycle Le tour du jour

proposé et programmé par Benoît Hické

LE CHEMIN DES ONDES
Ces deux films singuliers
questionnent notre rapport ambivalent aux technologies, de l’addiction à la promesse d’un avenir meilleur, de la maladie à l’asservissement. La Terre tourne-t-elle mieux depuis que l’Homme lui impose son empreinte ? Peut-on maîtriser les flux d’informations que nous générons et quels sont les impacts des Big Datas sur notre environnement ? En ces temps de prise de conscience aigüe des problématiques climatiques et plus largement écologiques, est-il encore possible de négocier avec nous-mêmes ? Cette séance très spéciale ouvre la discussion.

 

ZONE BLANCHE

Réal. : Gaëlle Cintré (2014 – 22′)

En présence de la réalisatrice

Souffrant d’un syndrome aigu d’intolérance aux champs électromagnétiques, quatre femmes se voient contraintes de survivre en marge du monde. Le quotidien de ces électro-hypersensibles oscille entre retour à un mode de vie primitif et science-fiction post-apocalyptique. Ne supportant même plus la proximité du courant électrique ou de
batteries, le film a dû se faire sans électricité.

ALL THAT IS SOLID MELTS INTO DATA

Réal. : Boaz Levin et Ryan S Jeffery (Allemagne/France/EU – 2015 – 60′ – VOSTF)

Première parisienne

http://www.ryansjeffery.com/all-that-is-solid-melts-into-data/

Intégrant, comme cela devient fréquent dans le documentaire (et même dans la fiction), des captures d’écran d’internet, notamment de Google maps, ce film aux résonances politiques répertorie avec images, documents et chiffres à l’appui, les principaux centres de données des grandes plateformes d’Internet (comme Google,
Facebook, Apple, etc.), aux Etats Unis, principalement. Froide analyse, à la limite de l’espionnage industriel (on pense à WikiLeaks), sur la forme et l’architecture de ces immenses bâtiments, pour la plupart aveugles et anonymes, où sont stockées les informations collectées par leurs sites. Ces usines énergivores, énormes consommatrices d’eau et d’électricité, génèrent non seulement des problèmes écologiques, mais leur expansionnisme galopant ne semble répondre à aucune nécessité rationnelle. Une analogie avec un célèbre paradoxe de Borges sur la carte et le territoire clôt magistralement cette démonstration finement
polémique”
(Vincent Ostria, Les Inrocks)

INFORMATIONS PRATIQUES :

Le mercredi 9 décembre 2015 à 19h30
La Gaîté lyrique – Auditorium
3 bis rue Papin 75003 Paris
Tarifs : gratuit pour les adhérents / 3 euros tarif réduit / 5 euros plein tarif

Projection de “Copenhague : chronique d’un accord inachevé” – Le dimanche 6 décembre 2015 – Muséum national d’Histoire naturelle

Le Muséum national d’Histoire naturelle présente

 

COPENHAGUE : CHRONIQUE D’UN ACCORD INACHEVE
Réal. : Jean-Philippe Amar (France, 2010, 101’)
Merci à Agnès Kieft (Lagardère Entertainment Rights)

En décembre 2009 se déroula à Copenhague la 15e conférence des parties (COP15) de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques. Elle devait être l’occasion de renégocier un accord international sur le climat remplaçant le protocole de Kyoto, mais les participants ne parvinrent pas à s’accorder sur l’objectif de réduction de moitié des émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2050. Filmé dans les coulisses, pendant un an, depuis les sommets préparatoires de Bonn et Bangkok jusqu’à celui de Copenhague, ce récit se transforme en chronique du théâtre de ces négociations et restitue l’intensité des débats, en suivant les pas de Laurence Tubiana,médiatrice pour la France. En filigrane, une question demeure : comment, au-delà des déclarations d’intention, chacun manifeste-t-il sa solidarité ? Sur quel texte et avec quels engagements précis ? Six ans plus tard, alors que la COP21 bat son plein, quelles seront les avancées à la fois environnementales mais aussi politiques sur lesquels pays émergents et pays industrialisés parviendront à fixer durablement ?

INFORMATIONS PRATIQUES :

Dimanche 6 décembre à 15h30

Auditorium de la Grande Galerie de l’Évolution

Entrée par le 36 rue Geoffray St Hilaire – 75005 Paris
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles (120 places)

Projections de “Un film, réclamé + “La jungle plate” – Le mercredi 25 novembre 2015 – Musée de la Chasse et de la Nature

Le Musée de la Chasse et de la Nature présente

dans le cadre du cycle proposé et programmé

par Charlène Dinhut et Benoît Hické

 

image

 

UN FILM, RÉCLAMÉ
Réal. : Ana Vaz et Tristan Bera (2015, 19’36″)
En présence des réalisateurs.

Le film propose une relecture de la crise écologique en laissant
parler des films, beaux et terribles, qui l’ont accompagnée. « Un remix
historique. Une piraterie lyrique. »

LA JUNGLE PLATE
Réal. : Johan Van der Keuken (Pays-Bas, 1978, 90’, VOSTF)

La Waddenzee (« Mer des Terres humides ») est une zone côtière des Pays-Bas, d’Allemagne et du Danemark. Elle est l’une des plus riches réserves de biosphère d’Europe. Sur fond de jazz dissonant, Johan Van der Keuken filme cette « jungle plate », son ciel brumeux, sa faune et sa flore, et le foisonnement de la nature qu’il oppose à la platitude écrasante de l’uniformisation en cours. Il montre aussi les habitants de cette région, dont la vie a été mise à mal par les développements économiques, techniques et industriels et qui doivent faire face à ces changements. Les combats écologiques ont une histoire, des strates, et revoir ce film aujourd’hui est nécessaire pour mieux saisir (pour mieux les embrasser ?) les combats d’aujourd’hui.

INFORMATIONS PRATIQUES :
Le mercredi 25 novembre 2015 – 19h30
Auditorium du Musée de la Chasse et de la Nature
62 rue des Archives – 75003 Paris
Tarif unique de 6 euros

La séance est suivie d’un verre amical offert par le musée.
Le billet permet de visiter le musée gratuitement pendant un mois à compter de sa date d’émission.
Réservation conseillée auprès de Françoise Fesneau : 01 53 01 92 40 / conf-expo@chassenature.org
Règlement sur place le jour de la séance

“Promenades écophoniques” – Les 10 et 11 octobre 2015 – Muséum national d’Histoire naturelle (Fête de la science)

Le Muséum national d’Histoire naturelle présente

dans le cadre de la Fête de la Science 2015

 

PROMENADES ÉCOPHONIQUES

 

 

► Samedi 10 octobre – 15h30
« Déambulation à la lisière du monde » – Concert de Frédéric Nogray (40’)
En 2012, lors d’un voyage sur la côte Caraïbes du Honduras, Frédéric Nogray s’est intéressé à la mangrove, cette bande-tampon qui délimite deux mondes très différents : le bord de mer de la côte Caraïbes et la forêt tropicale humide où règnent les palétuviers. Une composition onirique, en hommage à ces zones souvent oubliées et pourtant nécessaires à l’écosystème.

 

► Samedi 10 octobre – 16h30
“Géophonie aquatique : de l’inentendu à l’inattendu” – Conférence de Marc Namblard (60’)
Le bioacousticien américain Bernie Krause est le premier à avoir utilisé le terme de “géophonie” pour désigner l’ensemble des phénomènes sonores produits par la nature non organique (mouvements tectoniques, atmosphériques, magnétiques, etc…). Marc Namblard, audio-naturaliste, s’intéresse aux sons produits par l’élément « eau » dans tous ses états, à travers une sélection de collectes réalisées en Lorraine, dans les Cévennes, en Islande, ainsi qu’une pièce sonore composée avec le musicien Anthony Laguerre.

En présence de Jérôme Sueur, bioacousticien, spécialiste des cigales, maître de conférences au Muséum

http://www.marcnamblard.fr/

 

► Dimanche 11 octobre – 15h30
Diffusion de la pièce “Stridulations #1” de Pali Meursault (35’)
Cette composition électroacoustique orchestre la rencontre entre des chants d’insectes et des champs électromagnétiques. Criquets, cigales et grillons, enregistrés dans les Alpes, au Japon ou en Amazonie, dialoguent avec des phénomènes électriques et magnétiques émanant d’un instrument inventé à partir de lampes néons. « Stridulations #1 » confronte enregistrement et instrument, composition et improvisation, organique et électrique, nature et technique…

http://www.palimeursault.net/index4.html

 

► Dimanche 11 octobre – 16h30
« Spectra animalis » : essai de bestiaire surnaturel et imaginaire – Conférence de Philippe Baudouin (60’)
A la frontière de la science et de la fiction Philippe Baudouin (chargé de réalisation à France Culture, documentariste, essayiste) dévoile une histoire surnaturelle des animaux, un bestiaire imaginaire dans lequel les phénomènes sonores occupent une place importante : des expériences de télépathie de l’éthologue Karl Krall aux chevaux parlants d’Elberfeld, en passant par les apparitions d’aigles et de rongeurs produites par le médium polonais Franek Kluski. Il tente de redonner vie à quelques-unes de ces histoires situées au croisement de la zoologie, de la littérature et de l’imaginaire.
Lectures par Déborah Perret, comédienne

 

INFORMATIONS PRATIQUES :

Auditorium de la Grande Galerie de l’Évolution

Entrée par le 36 rue Geoffray St Hilaire – 75005 Paris
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles (120 places)