Projection de “O Futbol” – Le 15 juin 2016 – Gaîté lyrique (cycle Le tour du jour)

La Gaîté lyrique présente
Le tour du jour – Nouveaux territoires documentaires
Un cycle proposé et programmé par Benoît Hické

oksman

O FUTEBOL

Réal. : Sergio Oksman (Espagne / Brésil – 2015 – 70′ – VOSTF)

Festivals de Locarno 2015 et Cinéma du réel 2016

Bande-annonce : https://www.youtube.com/watch?v=ps258rKZVPA

Père et fils se retrouvent à São Paulo à l’occasion de la coupe du monde
de football de 2014, après vingt ans sans s’être vus. Dans les cafés
populaires, les garages et autres lieux anonymes où des téléviseurs
fatigués retransmettent en grésillant les matches, Simão et Sergio
évoquent rarement le passé et commentent peu le jeu sportif. La voiture
de Simão avec son poste de radio cassé désigne un cadre inopiné à ces
retrouvailles sans confessions ni pardons, la probité des mots
s’accordant avec la rumeur du stade sur la ville. Perdant habilement le
fil autobiographique, le film dessine dans ces silences l’espace
possible d’une rencontre entre père et fils.
(Alice Leroy – Cinéma du réel 2016)

INFORMATIONS PRATIQUES :
Le mercredi 15 juin 2016 à 19h30
La Gaîté lyrique – Auditorium
3 bis rue Papin 75003 Paris
Tarifs : gratuit pour les adhérents / 3 euros tarif réduit / 5 euros plein tarif

Projection de “The Daily Death” – Le 9 avril 2016 – Muséum national d’Histoire naturelle (séance spéciale FIFE Hors les murs)

Le Muséum national d’Histoire naturelle présente
dans le cadre du FIFE Hors les murs

 

THE DAILY DEATH / A MORTE DIRIA
Réal. : Daniel Lentini (Brésil – 2015 – 78’- VOSTF)

Première française en présence du réalisateur

Un “journal en images” pour découvrir l’État du Minas Gerais, au Brésil, qui peu à peu semble perdre son essence et ne pas savoir s’adapter au progrès…

“The Daily Death” est une étude de la région dans laquelle je suis né. Lorsque j’y retourne, je remarque que la ville s’est transformée et que je ne la reconnais plus. C’est pourquoi j’ai décidé de faire un film sur une région en cours d’extinction. Il s’agit d’une “encyclopédie apocalyptique” du paysage et des humains qui résident ici, oubliés au fil du temps. Même si c’est un film sur une région particulière, il parle à toutes les villes lorsqu’il montre “les petites morts”
auxquelles nous sommes confrontés au quotidien. Le film est divisé en jours et chaque histoire ou situation le fait évoluer d’un point de vue
géographique jusqu’à ce qu’il arrive dans la ville. Une fois qu’il y est arrivé, il est alors clair que l’idée du progrès n’a pas fonctionné : nous nous trouvons tout près de la fin de cette région.“

 

INFORMATIONS PRATIQUES :
Samedi 9 avril 2016 – 15h
Auditorium de la Grande Galerie de l’Évolution
Entrée par le 36 rue Geoffray St Hilaire – 75005 Paris
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles (120 places)

Le site du FIFE : http://fife.iledefrance.fr/

Projection de « Tropicalia » – Le 19 décembre 2012 – Gaîté lyrique (cycle Musiquepointdoc)

La Gaîté lyrique présente

le cycle Musiquepointdoc

proposé et programmé par Benoît Hické

 

TROPICÁLIA

Réal. : Marcelo Machado (Brésil, 2012, 87′)
Prod. : Bossa Nova Films
Langue: VOST Anglais

 

Le tropicalisme fut la révolution musicale et culturelle du Brésil de la fin des années 60. Une période charnière pour ce pays alors en proie à une politique de repli, tandis que sa jeunesse ne rêvait qu’à une seule chose : exploser les frontières et explorer le monde. Ce documentaire nous replonge dans trois années d’effervescence, par le biais d’archives inédites et de témoignages des principaux protagonistes du mouvement (dont Caetano Veloso et Gilberto Gil).

Le tropicalisme (ou « tropicalia ») est le nom donné au mouvement de contre-culture brésilien, apparu en 1967, lors du 3ème Festival de musique populaire brésilienne de Saõ Paulo. Caetano Veloso y chanta « Alegria Alegria » et Gilberto Gil, « Dimanche au parc », deux chansons dont le ton et la liberté contaminèrent très rapidement la jeune scène locale, musiciens, cinéastes, plasticiens, écrivains. Opposés au discours politique de l’intelligentsia de gauche et à l’académisme officiel en vigueur, poètes et paroliers se voulaient les héritiers de la poésie concrète tout en se réclamant du primitivisme « anthropologique » d’Oswald de Andrade. Ils prônaient le fragmentaire, l’allégorique, le quotidien, le corps, l’érotisme, l’humour et la fête en revendiquant le droit à la marginalité.

1968 est l’année clé d’un mouvement qui ne durera pas : la « révolution musicale brésilienne » des tropicalistes connaît une rupture rapide, avec l’emprisonnement et l’exil temporaire de ses deux figures principales : Caetano Veloso et Gilberto Gil. Le tropicalisme apparaît donc comme complètement ancré dans son époque – la fin des années 60 et ses bouillonnements politiques et culturels – et aussi comme le terreau d’un bouleversement de la musique populaire brésilienne, qui contamina également le cinéma (Glauber Raucha en tête) et les autres arts. Fruit d’un important travail de recherche, ce beau documentaire de Marcelo Machado retrace l’histoire de ce mouvement. Caetano Veloso, Gilberto Gil, Tom Zé, entre autres, reviennent sur leurs expériences et leurs combats, en contrepoint d’un montage d’archives qui fait revivre avec intensité toute l’inventivité et la portée éminemment politique du tropicalisme.

 

INFORMATIONS PRATIQUES :

Le mercredi 19 décembre 2012 à 19h30
La Gaîté lyrique – Auditorium
3 bis rue Papin 75003 Paris
Tarifs : gratuit pour les adhérents / 3 euros tarif réduit / 5 euros plein tarif

 

Projection de « Favela on Blast » – Le 18 mai 2011 – Gaîté lyrique (cycle Musiquepointdoc)

La Gaîté lyrique présente

le cycle Musiquepointdoc

proposé et programmé par Benoît Hické

 

 

FAVELA ON BLAST

Réal : Leandro HBL et Wesley Pentz (DJ Diplo) (Brésil – 2008 – 80′ – VOSTE)

Prod : Mad Decent et Mosquito Project

En présence de Stéphanie Binet, journaliste et Tchiky Al Dente (DJ et directeur artistique de la Favela Chic)

 

Le cycle musiquepointdoc fait escale ce mois-ci au Brésil, terre musicale par excellence. Avec ses rythmes cheap et frénétiques, les pulsations du corps et de l’esprit qu’il suscite, le baile funk propulse les favelas dans des fêtes sulfureuses, qui leur permettent d’oublier la guerre des gangs. Favela on Blast nous initie à cette esthétique transgenre, grâce à une série de portraits de ses principaux artisans : on les découvre au travail, puisant avec ferveur autant dans la moiteur du funk US, l’électricité de la Miami Bass que dans le flow du hip-hop, en un recyclage très malin de la culture pop mondiale. Les favelas s’électrisent et nous avec.

 

INFORMATIONS PRATIQUES :

Le mercredi 18 mai 2011 à 19h30
La Gaîté lyrique – Auditorium
3 bis rue Papin 75003 Paris
Tarifs : gratuit pour les adhérents / 3 euros tarif réduit / 5 euros plein tarif