La bête documentaire – Les 2 & 3.10.2021 – Muséum national d’Histoire naturelle

La bête documentaire – Les 2 & 3.10.2021 – Muséum national d’Histoire naturelle

     

Film
La bête documentaire
Samedi 2 et dimanche 3 octobre 2021

Projections et rencontres autour du documentaire animalier avec CUBS Éditions

Populaire et très codifié, le documentaire animalier est un genre audiovisuel peu considéré, un spectacle familier et standardisé que nous regardons souvent d’un œil distrait et amusé. Portées à l’écran et enveloppées de perpétuels commentaires, les vies animales ne semblent jamais assez fidèles d’un point de vue scientifique ni assez spectaculaires pour les producteurs de cinéma ou de télévision. Matière complexe et ambiguë, le documentaire animalier témoigne pourtant du regard que nous portons sur les animaux et de la manière dont nous élaborons des histoires naturelles à leur propos. 

Le temps d’un week-end de projections et de rencontres, le Muséum national d'Histoire naturelle et CUBS Éditions vous invitent à explorer les formes du documentaire animalier à partir de ses marges et dans la diversité de ses approches. Quel avenir souhaitons-nous à l’objet « documentaire animalier », qui s’inscrit aujourd’hui dans le contexte de la disparition des espèces sauvages, à la croisée de nos savoirs naturalistes, de nos pratiques d’observation et de notre responsabilité envers le vivant ? 

CUBS Éditions est un projet éditorial cofondé par Julie Buffard-Moret, artiste et chercheuse, et Agathe Lartigue, vidéaste. Il a pour vocation d’interroger le documentaire animalier en tant que genre audiovisuel, au travers de la création d’une revue et de la production d'événements et de formes artistiques.

SAMEDI 2 OCTOBRE 2021 - 14h30 

L'OUMIGMAG OU L’OBJECTIF DOCUMENTAIRE de Pierre Perrault (Québec - 1993 - 28’)
Du fond de la baie aux Feuilles, au creux de la baie d'Ungava, un cinéaste fait le guet. Sa caméra balaie la toundra, à la recherche d'une harde de bœufs musqués refusant obstinément de se faire cible d'un objectif... fût-il documentaire.

L’HOMME AUX ALOUETTES d’Anthony Martin (France - 2008 - 1’35) 
Cet extrait des archives personnelles du cinéaste Anthony Martin nous montre un ornithologue au travail. Il nous dévoile les revers cocasses de la passion du naturalisme.

SONGE d’Alexandre Cavadore (France - 2015 - 9’) 
Comment décrire la vie d’un rongeur vivant sous terre? Ce film sur le campagnol déploie différents dispositifs d’observation et de mise en scène pour tenter de nous mener à la rencontre de cet animal.

CONFÉRENCE-PERFORMANCE (durée : 30 min)
Par Agathe Lartigue et Julie Buffard-Moret (revue CUBS)
Une histoire non exhaustive du documentaire animalier à travers Youtube 
La plateforme Youtube constitue une réserve infinie d’images animales. Les comportements d’animaux sauvages ou domestiques s’y côtoient par le prisme de gestes amateurs, d’archives et d’extraits de films, de vidéos virales ou humoristiques. Ces objets tissent des récits aléatoires au gré de suggestions algorithmiques. Agathe Lartigue et Julie Buffard-Moret nous proposent un chemin au cœur de ce territoire audiovisuel.

LA VALLÉE DES LOUPS de Jean-Michel Bertrand (France - 90’ - 2016) 
En présence du réalisateur
Ce film est une quête personnelle, l’histoire d’un pari fou : rencontrer des loups sauvages dans leur milieu naturel. Au bout de trois années passées sur le terrain, le réalisateur parvient à remonter la piste des loups. Petit à petit, il les observe, se rapproche et finit par se faire accepter par la meute. Les prédateurs magnifiques offrent alors un peu de leur intimité à ce drôle de personnage. Le film pose alors la question des limites de cette intimité.

DIMANCHE 3 OCTOBRE 2021 - 14h30 

LE TIGRE DE TASMANIE de Vergine Keaton (France - 2018 - 13’) 
En présence de la réalisatrice
Un tigre de Tasmanie tourne en vain dans l’enclos d’un zoo. Un glacier fond lentement. Face à sa disparition annoncée, la nature déploie sa fureur, déborde l’image et résiste à l’extinction par la métamorphose.

THE FLIGHT OF AN OSTRICH de Sarah Jessica Rinland (GB/Argentine - 2016 - 4’- VOSTF)
Une classe d’enfants regarde une vidéo pédagogique sur les autruches. L'autruche est dépourvue de cette faculté qui fait la fierté des oiseaux : elle ne sait pas voler.
 
Ý BERÁ - AGUAS DE LUZ de Sarah Jessica Rinland (GB/Argentine - 2016 - 10’ - VOSTF)
La zone marécageuse d’Ibera est l’une des plus vastes au monde. Les commentaires et les textes mêlent des faits et des récits qui décrivent ce territoire et les êtres vivants qui l’habitent. Le film est une réponse aux documentaires naturalistes réalisés entre 1920 et 1950 par la productrice et réalisatrice Mary Field.

LE CANTIQUE DES CRÉATURES de Miguel Gomes (Portugal - 2006 - 23’ - VOSTF)
Depuis les dédales de nos villes historiques où s’envolent les nuées de pigeons, jusqu’aux found-footage de documentaires animaliers en terres sauvages, passant par la re-création cinématographique de décors « naturels » où vivent carpes et oiseaux enchanteurs, Miguel Gomes nous invite à une rêverie sous le patronage de Saint François d’Assise. 
Ce film évoque des questions de vulnérabilité, de cruauté, de compétition dans le monde naturel, et raconte des formes d’amour inconditionnel pour le vivant.

NOUS LA MANGERONS, C’EST LA MOINDRE DES CHOSES d’Elsa Maury (Belgique/France - 2020 - 67’)
En présence d’Elsa Maury, réalisatrice et chercheuse en arts plastiques et de Vanessa Manceron, anthropologue, chercheuse au CNRS, membre du Laboratoire d'Ethnologie et de Sociologie Comparative. Ce film a été réalisé dans le cadre d’une thèse intitulée "Entre art et ethnographie" à l’ERG-Université de Liège.
- Film déconseillé au jeune public - 
Nathalie, bergère dans le Piémont cévenol, apprend à tuer ses bêtes. Le film suit les gestes d’une éleveuse qui aime et qui mange ses moutons avec attention. Elle est prise sans relâche dans une interrogation à propos des manières de bien mourir pour ces êtres qui nous font vivre. Quel goût a la tendresse ?

Grande Galerie de l'Évolution
Projection d’« Animal pensivité » – Le 30/09/2017 – Muséum national d’Histoire naturelle 🗓

Projection d’« Animal pensivité » – Le 30/09/2017 – Muséum national d’Histoire naturelle 🗓

Le Muséum national d’Histoire naturelle présente
ANIMAL PENSIVITÉ
Réal. : Christine Baudillon – France – 2017 – 87′
Prod. : Baldanders Films 

Première française

Animal pensivité est un essai cinématographique librement inspiré du poème « Huitième Élégie » de Duino de Rainer Maria Rilke, à travers un dispositif documentaire d’immersion dans le monde animal.
Au cours des saisons, des animaux familiers et sauvages nous regardent au-delà de toute temporalité. Immergés au cœur de leur
« espace-temps » ouvert au monde, ils nous adressent leurs « pensées », leurs êtres-là, vivant et vacant. Enfants de la nature, leur monde est corrélations et mélodies, le notre séparation et volonté.
Face à leurs profonds regards, de quoi faisons-nous l’expérience ? Face au
«silence des bêtes», qu’entendons-nous ?

En présence de Christine Baudillon, réalisatrice et de Jean-Christophe Bailly, écrivain

Projection précédée par la série Anaon (3’49), réalisée par la photographe Aurélie Scouarnec, en sa présence : en Bretagne, à proximité des Monts d’Arrée, l’Enfer est réputé pour être froid, occupé par l’eau, les pluies, le brouillard. Les chevaux et les chiens sont ces animaux psychopompes qui escortent les âmes au royaume des morts.
Le site d’Aurélie Scournec

INFOS PRATIQUES :
Samedi 30 septembre 2017 à 15h
Auditorium de la Grande Galerie de l’Évolution
Entrée par le 36 rue Geoffroy Saint-Hilaire – 75005 Paris
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles
Ticket gratuit à retirer à l’accueil

 

Projection de « L’Orsalher » – Le 26 avril 2017 – Cinéma La Clef (cycle Espèces d’Ours!) 🗓

Projection de « L’Orsalher » – Le 26 avril 2017 – Cinéma La Clef (cycle Espèces d’Ours!) 🗓

Le Muséum et le cinéma La Clef s’associent pour trois soirées en lien avec l’exposition Espèces d’ours ! (présentée jusqu’au 19 juin 2017 à la Grande Galerie de l’Evolution). Les projections sont suivies de rencontres avec des scientifiques du Muséum.

 

L’ORSALHER (LE MONTREUR D’OURS)

Réal. : Jean Fléchet (France – 1982 – 107 min – 35 mm – version originale occitane sous-titrée en français)

L’Orsalher, c’est Gaston Sentein, un des sept fils d’une famille de bûcherons ariégeois qui, imprégné de la légende de Jean de l’ours, part dans les années 1840 gagner sa vie sur les routes du Sud-Ouest comme montreur d’ours.

Un voyage initiatique entre conte et récit d’aventures, qui fait part égale entre la chair et l’esprit, le goût du terroir et la soif de voyages, les nécessités de la vie individuelle et l’avenir de la collectivité.

Un film soutenu par le CMCC (René Allio)

Invités : Alexis Lécu, vétérinaire, directeur adjoint du Parc zoologique de Paris, Muséum national d’Histoire naturelle, et Marguerite Vappereau, historienne du cinéma et enseignante – Paris 1 Panthéon-Sobonne

 

INFORMATIONS PRATIQUES :
Mercredi 26 avril 2017 – 20h

Cinéma La Clef : 34 rue Daubenton – 75005 Paris
Tarif unique : 6,50 € (paiements par ciné-chèques et cartes bancaires acceptées, cartes illimitées non acceptées). Réservations sur le site du cinéma

Merci à Raphaël Vion, directeur du cinéma La Clef
Retrouvez toutes les détails du cycle sur le site du Muséum

@Retrouvez le Muséum sur FacebookTwitter, Dailymotion et Vimeo

Projection de « La petite fabrique du monde » – Le 22 avril 2017 – Muséum national d’Histoire naturelle (cycle Pousse Pousse) 🗓

Projection de « La petite fabrique du monde » – Le 22 avril 2017 – Muséum national d’Histoire naturelle (cycle Pousse Pousse) 🗓

Le Muséum national d’Histoire naturelle présente le cycle Pousse Pousse
Cette programmation mensuelle de films d’animation inédits ou rares, de tous pays et de toutes formes, propose aux enfants et à leurs parents de se plonger dans l’univers des animaux et de la nature

 

LA PETITE FABRIQUE DU MONDE

À partir de 3 ans

Programme de six films – durée de la séance : 42 minutes.

La création
Cristina Lastrego et Francesco Testa, Italie, 2010, 10 min.
Voici l’histoire haute en couleurs de la naissance du monde que nous connaissons.

Une bouteille à la mer
Kirsten Lepore, États-Unis, 2012, 10 min.
Deux personnages, un bonhomme de neige et un bonhomme de sable, vont commencer une communication insolite à l’aide d’une bouteille jetée à la mer.

Chinti
Natalia Mirzoyan, Russie, 2010, 8 min.
Chinti, une petite fourmi, vit dans une décharge. Après avoir trouvé une image du Taj Mahal, elle décide de construire une œuvre à l’identique…

Feu Follet
Sarah Wickens, Grande-Bretagne, 2009, 4 min.
La lumière du soleil pénètre à travers la fenêtre d’une chambre et prend différentes formes au gré de ses humeurs et de son chemin.

Grand frère
Jesús Pérez et Elisabeth Hüttermann, Allemagne/Suisse, 2010, 6 min.
En l’absence de leur créateur, deux personnages prennent vie et s’amusent sur la planche à dessin. Ils se moquent du troisième personnage…

Dodu, le garçon de papier
José Miguel Ribeiro, Portugal, 2010, 5 min.
En suivant une drôle de coccinelle voyageuse, voici que Dodu, l’enfant en carton, plonge dans un univers enchanté.

 

INFORMATIONS PRATIQUES :
Samedi 22 avril 2017 – 16h
Auditorium de la Grande Galerie de l’Évolution
Entrée par le 36 rue Geoffray St Hilaire – 75005 Paris
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles (120 places)

Retrouvez le Muséum sur Facebook, Twitter, Dailymotion et Vimeo

Projection de « L’enfant qui voulait être un ours » – Le 26 mars 2017 – Muséum national d’Histoire naturelle 🗓

Projection de « L’enfant qui voulait être un ours » – Le 26 mars 2017 – Muséum national d’Histoire naturelle 🗓

Le Muséum national d’Histoire naturelle présente le cycle Pousse Pousse
Cette programmation mensuelle de films d’animation inédits ou rares, de tous pays et de toutes formes, propose aux enfants et à leurs parents de se plonger dans l’univers des animaux et de la nature

 

 

L’ENFANT QUI VOULAIT ÊTRE UN OURS
Réal. : Jannick Astrup (France/Danemark – 2002 – 78′ – VF)
Dès 5 ans.

Poursuivi par une meute de loups, un couple d’ours blancs court à perdre haleine sur la banquise. Ils échappent de justesse à leurs poursuivants, mais l’ourse perd le petit qu’elle s’apprêtait à mettre au monde.
Maman ours est inconsolable, alors le père s’introduit dans une maison et enlève un nourrisson. Il ramène ce petit à sa compagne, qui fait d’abord mine de l’ignorer, puis ne peut s’empêcher de le prendre contre elle pour le réchauffer. Le bébé a trouvé une nouvelle mère…
Durant de longues années, celui-ci sera élevé comme un ourson, jusqu’à ce que son père naturel finisse par le retrouver. De retour parmi les hommes, l’enfant est malheureux. Il se prend à souhaiter l’impossible : devenir un ours.

 

INFORMATIONS PRATIQUES :
Dimanche 26 mars 2017 – 16h
Auditorium de la Grande Galerie de l’Évolution
Entrée par le 36 rue Geoffray St Hilaire – 75005 Paris
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles (120 places)

Retrouvez le Muséum sur Facebook, Twitter, Dailymotion et Vimeo